Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Fin des vols d'agrément chez Cargolux
Wirtschaft 14.03.2019

Fin des vols d'agrément chez Cargolux

La majorité des vols de fret transporte des matières dangereuses. Plus question pour les salariés de voyager à bord.

Fin des vols d'agrément chez Cargolux

La majorité des vols de fret transporte des matières dangereuses. Plus question pour les salariés de voyager à bord.
Photo: Chris Karaba
Wirtschaft 14.03.2019

Fin des vols d'agrément chez Cargolux

Ce vendredi marque la fin d'une époque au sein de la compagnie aérienne puisque l'avantage accordé aux quelque 1.500 salariés de voyager à bord des Boeing s'achève, en conformité avec l'application des règles internationales.

A compter de vendredi, les salariés de Cargolux verront la fin de l'un de leurs avantages historiques. Celui de voler à moindre frais à bord des Boeing 747 de la compagnie luxembourgeoise. Comme évoqué par le Land dans son édition du 1er mars, cette situation résulte de la décision de la Direction de l'Aviation Civile (DAC) d'appliquer à la lettre la réglementation internationale. 

Suivant les conclusions de l'un de ses audits réalisés au sein du sixième acteur mondial de fret, la DAC exige la fin de l'avantage historique concédé par la direction aux quelque 1.500 employés de la compagnie. Contactée par wort.lu, la porte-parole de Cargolux va «restreindre les voyages d'agrément de ses employés à bord des vols lors du transport de certaines matières dangereuses», en précisant toutefois qu'il n'y a pas d'interdiction générale de ce type de vol. 

Un argumentaire s'appuyant sur l'annexe 18 de la convention de l'aviation civile internationale qui stipule que le transport de matières dangereuses doit se faire «sans danger pour l'appareil et ses occupants». Toutefois la compagnie reconnaît que «la majorité des vols comporte des matières dangereuses». Aucune information sur le nombre de vols d'agréments effectués parmi les quelque 90 destinations desservies au cours des années passées n'a été communiquée. 

Du côté des syndicats, le LCGB confirme que la direction a évoqué ce sujet. L'OGBL n'était pas joignable. Selon nos confrères du Land, la direction de Cargolux doit clarifier la situation courant avril dans le cadre d'une réunion avec l'organisation civile internationale de l'aviation.  


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Pour une Renaissance européenne
Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Europe n’a été aussi nécessaire. Et pourtant, jamais l’Europe n’a été autant en danger.