Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Exercice 2014: Croissance modérée pour Raiffeisen
Guy Hoffmann: "Raiffeisen possède encore un fort potentiel pour gagner du terrain sur la concurrence". (Photo: Guy Jallay)

Exercice 2014: Croissance modérée pour Raiffeisen

Guy Jallay
Guy Hoffmann: "Raiffeisen possède encore un fort potentiel pour gagner du terrain sur la concurrence". (Photo: Guy Jallay)
Wirtschaft 5 Min. 12.05.2015

Exercice 2014: Croissance modérée pour Raiffeisen

La banque Raiffeisen a ralenti la cadence en 2014, dans un environnement marqué notamment par le niveau très bas des taux d'intérêt. La coopérative boucle l'exercice avec un résultat net en hausse de 0,9 %, notamment grâce aux crédits accordés à l'économie luxembourgeoise.

(ndp).- La croissance est toujours là, mais plus modérée que les années précédentes, comme l'admet la banque coopérative luxembourgeoise. Le groupe Raiffeisen a ainsi vu son bénéfice net progresser de 0,9 % à 18 millions d'euros l'an dernier, contre un record de 17,8 millions à la fin de l'exercice précédent. Le total du bilan s'établit à 6.658 millions d'euros, en hausse de 4,8 % par rapport à 2013. Le produit net bancaire, sensiblement identique à celui de l'exercice précédent, s'élève, lui, à 114,8 millions d'euros.

En dépit d'un contexte marqué par le niveau très bas des taux d'intérêt, la banque estime avoir tiré son épingle du jeu en 2014, tout en évitant d'augmenter les risques pesant sur la banque et sa clientèle. «Il n'a pas été question de prendre des risques à court terme pour pouvoir présenter un meilleur résultat sur une brève période», a déclaré Guy Hoffmann, président du comité de direction. Pour grandir, la banque mise toujours sur le marché luxembourgeois. «Nous sommes fondamentalement convaincus que la banque possède encore un fort potentiel pour gagner du terrain sur la concurrence» a-t-il assuré.

Alors que les investissements ont été maintenus à un haut niveau, les résultats de la banque s'inscrivent aussi dans un contexte d'évolution réglementaire marquée par la fin du secret bancaire. «Bien que nous n'ayons jamais ancré notre orientation stratégique sur la clientèle non-résidente, nous avons aussi été touchés, même si c'est à un degré moindre que d'autres banques de la place. Un certain nombre de clients ont décidé de retirer leurs avoirs en vue de l'introduction de l'échange automatique d'informations. Même si ce n'est pas là notre coeur de métier, cela ne nous aide pas à accélérer notre développement», a indiqué Guy Hoffmann. Cette évolution a tout de même un aspect positif: depuis le début de l'année la banque coopérative est parvenue à «stopper cette hémorragie», pour reprendre les termes du président.

Les avoirs sous gestion affichent en fin de compte une croissance de 3,9 %, croissance essentiellement générée par la clientèle résidente (entreprises et particuliers). Les dépôts de la clientèle non bancaire, y inclus les dettes représentées par un titre, progressent de 3,4 % pour atteindre 5,844 millions d'euros.

Les crédits en hausse de 4,6 %

Les crédits accordés à l'économie luxembourgeoise, y inclus les opérations de crédit-bail, s'élèvent à 5.027,9 millions d'euros, soit une progression de 4,6 %. «La majeure partie de cette croissance est générée par les prêts immobiliers et le financement des entreprises et des PME», a expliqué le dirigeant. Seulement 2,45 % des crédits ont été octroyés aux pays limitrophes, 0,89 % au «reste du monde». «Raiffeisen est une banque luxembourgeoise qui est essentiellement active au niveau local», se plaît à rappeler l'institution bancaire.

Le groupe Raiffeisen est aussi l'une des rares banques à afficher une hausse de son produit net d'intérêts à 93,3 millions d'euros, soit une hausse de 2,4 %, qui résulte essentiellement de la croissance du volume des dépôts et des crédits.

Nouvelle agence au Kirchberg

La banque a fait savoir que le résultat net des commissions a connu une belle évolution avec une hausse de 8,5 % pour atteindre 18,5 millions d'euros. Un changement est à noter au niveau du résultat net des opérations financières qui s'élève à 1,8 millions d'euros affichant ainsi une baisse de 68 %. La banque l'explique «par l'absence en 2014 de reprises de corrections de valeur sur des titres du portefeuille de placement, reprises qui avaient été particulièrement importantes en 2013».

L'investissement a été maintenu à un haut niveau. Guy Hoffmann a notamment évoqué l'offre digitale et la modernisation des structures d'accueil. Les locaux de trois agences ont été complètement réaménagés, tandis qu'une nouvelle agence au Kirchberg verra le jour en fin d'année.

5.000 nouveaux sociétaires

Autre chiffre avancé par la banque: celui de 5.000 nouveaux membres Raiffeisen au deuxième semestre 2014, grâce au programme Opera qui permet à des clients de devenir membre de la coopérative. Cette approche permet à la banque de porter le nombre de ses actionnaires à plus de 17.000.

Pour l'exercice en cours, le groupe ne s'attend pas à des miracles. «Je m'attends à une nouvelle année de croissance, mais qui reste modérée. Nous devrions ainsi obtenir à nouveau des résultats tout à fait honorables», a conclu Guy Hoffmann.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Éditorial: Cohabitations
Le Luxembourg pourra-t-il envisager, dans un avenir plus ou moins rapproché, de voir enfin mis un terme à cette cohabitation pesante avec la centrale nucléaire de Cattenom?
EDITORIAL: L'effet boomerang
A croire que ça ne finira jamais. Encore une fois, l'embellie économique est renvoyée aux calendes grecques. Alors que le printemps nous promettait enfin un retour – certes timide – de la croissance en Europe, l'automne ne nous offre que des perspectives moroses.
Devant la spirale des inégalités générationnelles
De nombreux pays européens mettent en évidence une dynamique sociale insoutenable au long terme: leurs jeunes générations d’adultes entrent dans un marché du travail dégradé, fait de micro-jobs aux salaires insuffisants, sans perspective...