Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Etienne Schneider:: Préparer «Lëtzebuerg 3.0»
Wirtschaft 4 Min. 09.05.2015

Etienne Schneider:: Préparer «Lëtzebuerg 3.0»

"Cessons de nos dénigrer nous-mêmes", a lancé Etienne Schneider. (Photo: Laurent Blum)

Etienne Schneider:: Préparer «Lëtzebuerg 3.0»

"Cessons de nos dénigrer nous-mêmes", a lancé Etienne Schneider. (Photo: Laurent Blum)
Blum Laurent
Wirtschaft 4 Min. 09.05.2015

Etienne Schneider:: Préparer «Lëtzebuerg 3.0»

A l'occasion de la cérémonie d'ouverture de la Foire de printemps 2015, le ministre de Economie a dressé un bilan positif de sa politique de diversification. Une stratégie qui «a fonctionné» selon lui, même si l'heure est venue d'accroître encore les efforts pour passer à un nouveau cap.

(ndp).- Alors que l'économie a retrouvé les chemins de la croissance, Etienne Schneider a estimé samedi que le moment était venu pour le Grand-Duché de revoir sa future stratégie pour se diriger vers «Lëtzebuerg 3.0». Selon le ministre de l'Economie, «c'est le bon moment pour faire le point et réfléchir aux améliorations ou ajustements à apporter le cas échéant», a-t-il déclaré devant un parterre de patrons, politiques, créateurs et journalistes.

Il s'agit en l'occurrence de voir quelles peuvent être les nouvelles niches de compétences pour l'économie luxembourgeoise, sur «quels autres secteurs d'activité miser pour sécuriser le système social et maintenir la prospérité du pays». Sa devise: «gouverner c'est prévoir». «Nous devons avoir une vision à long terme», a-t-il ajouté.

Diversification: «la stratégie
 a fonctionné»

Le ministre a fait la promotion de la politique de diversification menée par le gouvernement au cours des dernières années. «Cette diversification multi-sectorielle a eu beaucoup de répercussions positives sur notre économie», a-t-il estimé. Il a notamment évoqué la suppression progressive du secret bancaire et ses conséquences sur le private banking qui ont «été compensées par de nouveaux produits financiers». Il a rappelé les investissements réalisés dans les infrastructures comme par exemple l'Internet rapide. «Nous avons aussi apporté un soutien prioritaire à des secteurs économiques prometteurs». La logistique, qui emploie désormais plus de 13.000 personnes au Grand-Duché, en est un bel exemple.

En outre, une centaine d'entreprises sont actuellement actives au Luxembourg dans le secteur des éco-technologies. Le ministre de l'Economie s'est enorgueilli d'avoir eu beaucoup d'échos positifs sur la feuille de route pour l'économie circulaire, présentée en février dernier. «Les premiers contacts ont été pris pour instaurer une zone d'activité», a-t-il ajouté.

Autres succès évoqués: la «House of Biohealth» qui offre des infrastructures d'accueil aux start-up dans le domaine des biotechnologies et l'agrandissement du Technoport de Foetz pour accueillir les entreprises du domaine des technologies de l'information et de la communication (ICT). Malgré la crise financière et économique, le secteur de l'ICT est celui qui s'est développé le plus vite. Au cours des sept dernières années, le nombre d'entreprises actives dans ce secteur a augmenté de presque un quart. Elles emploient aujourd'hui 18.000 personnes, ce qui représente plus de 5 % de l'emploi salarié total.

«Vous voyez donc bien que la politique de diversification des dernières années a fonctionné», a lancé le ministre, tout en estimant qu'il «ne fallait pas se reposer sur ses lauriers».

«Arrêtons de gémir sur notre sort»

Au sujet de l'environnement économique européen, le ministre s'est montré tout aussi optimiste. «La reprise en Europe devient enfin palpable», a-t-il commenté. La croissance dans l'Union européenne devrait s'établir à 1,8 % cette année, voire à 2,5 % l'année prochaine. Le déficit public s'améliore, le chômage est en baisse pour atteindre 9,6 % et le taux d'inflation reste faible. Pour la première fois depuis 2009, à l'exception de la Grèce, tous les Etats membres de l'Union européenne affichent désormais des indicateurs économiques au vert.

«Il faut profiter maintenant de cette reprise afin de remettre pour de bon l'économie européenne sur les rails», a déclaré Etienne Schneider. Pour que cette reprise soit durable, «il faut que la demande intérieure reparte à la hausse, car elle est aussi importante que la compétitivité extérieure de l'UE».

Le ministre a rappelé que la dette publique de la zone euro est largement en-dessous de celle des Etats-Unis. La balance courante est excédentaire de 3,7 % du PIB de la zone euro, alors que les Etats-Unis ont un déficit de la balance courante supérieure à 2 %. «Arrêtons donc de gémir sur notre sort. Cessons de nous dénigrer nous-mêmes», a lancé le ministre. «L'Europe regorge de ressources et de talents et dispose d'excellents atouts pour relever les défis du futur.»


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Editorial: Le principe de fraternité
Noël approche, temps des émotions fortes, qui appelle quelque histoire de nature à édifier les âmes. Celle-ci va faire sourire, pleurer ou hurler, selon la sensibilité et les convictions de chacun.
Editorial: La méthode Nagel
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la ministre de la Culture a de la suite dans les idées. En mars, elle avait fait trembler le secteur culturel en annonçant que toutes les conventions avec les associations seraient supprimées d'ici la fin de l'année.
Devant la spirale des inégalités générationnelles
De nombreux pays européens mettent en évidence une dynamique sociale insoutenable au long terme: leurs jeunes générations d’adultes entrent dans un marché du travail dégradé, fait de micro-jobs aux salaires insuffisants, sans perspective...
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.