Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Entre jeunesse et centenaire
Wirtschaft 7 3 Min. 05.07.2016 Aus unserem online-Archiv
L'«Arbedsgebai» inauguré ce mardi par la BCEE

Entre jeunesse et centenaire

Wirtschaft 7 3 Min. 05.07.2016 Aus unserem online-Archiv
L'«Arbedsgebai» inauguré ce mardi par la BCEE

Entre jeunesse et centenaire

Nadia DI PILLO
Nadia DI PILLO
Ce mardi, à 17 heures exactement, sera inauguré l'ancien «Arbedsgebai» de l'avenue de la Liberté, 
désormais entre les mains de la «Spuerkeess». Bientôt centenaire, le monument d'exception retrouve une nouvelle jeunesse.

(ndp) - Le bâtiment historique de l'Arbed vendu à des investisseurs chinois. Ou des drapeaux russes flottant à l'entrée d'un hôtel de luxe, adossé à un grand centre commercial... 
De nombreux scénarios (catastrophes) avaient été évoqués pour trouver une nouvelle vocation à ce bâtiment historique mis en vente par ArcelorMittal en 2013.

Le sidérurgiste avait jugé ce bâtiment, situé sur une des avenues les plus prestigieuses de la capitale, peu adapté à des conditions de travail modernes et trop coûteux à entretenir. Une décision qui avait suscité consternation et indignation dans tout le pays.

«Nous étions en colère et très inquiets de voir l'édifice détourné de son statut de pilier historique de l'économie luxembourgeoise», se souvient Georges Conter, représentant syndical, «transféré» vers l'avenue de la Liberté en 2008 après le ralentissement de l'activité sur le site dudelangeois. Une vente jugée d'autant plus honteuse que l'immeuble a été «le fruit du dur labeur de tous les salariés de la sidérurgie luxembourgeoise», «un symbole du patrimoine industriel luxembourgeois».

En 2013, le bâtiment accueillait les services d'ArcelorMittal International, l'activité «mines», les finances, le département juridique, l'université ainsi qu'une imprimerie au sous-sol. «La toiture du bâtiment a récemment été soumise à des travaux de rénovation. Il y avait quelques fuites à certains endroits et on sait qu'ArcelorMittal n'était pas emballé par ce genre d'investissement. Ce qui n'étonne guère quand on sait que le groupe ne veut même pas investir dans ses sites de production...», lâche le syndicaliste.

«Je ne veux pas dire qu'on sentait le coup venir, mais on voyait bien que les investissements avaient été réduits à leur strict minimum», poursuit-il.

Seule exception à la règle, l'université d'ArcelorMittal qui occupait tout le premier étage de l'édifice et dispensait les cours que les collaborateurs suivaient jusqu'alors dans des locaux dispersés.

Ce sera finalement la «Spuerkeess» qui prendra en charge les travaux de rénovation de l'immeuble classé aux Sites et monuments historiques. Devenue propriétaire des lieux en novembre 2014, après une transaction estimée à 97 millions de dollars, la «Spuerkeess» lance officiellement les travaux tout en assurant que l'aspect général de l'immeuble et la disposition intérieure ne changeront pas fondamentalement, hormis quelques parois qui ont été ajoutées ça et là. L'âme du bâtiment restera intacte...

Un symbole économique

Construit entre 1920 et 1922 par l'entrepreneur Achille Giorgetti entre autres, l'immeuble représente depuis des décennies le succès et la puissance économique du groupe sidérurgique. Au début du siècle, de nombreuses sociétés industrielles commencèrent à installer leur siège social dans la capitale. Ce fut le cas pour l'Arbed qui transféra son siège dudelangeois à Luxembourg-ville. Les dirigeants du groupe chargèrent alors l'architecte français René Théry de la conception du nouveau bâtiment. C'est l'architecte luxembourgeois Sosthène Weis qui dirigea ensuite les travaux au nom de Théry. Suite au décès prématuré de ce dernier, Sosthène Weis terminera seul le projet en tant qu'architecte en chef du groupe.

René Théry puisait son inspiration principalement dans l'architecture châtelaine française des XVIIe et XVIIIe siècles. Pour la construction du siège, il a eu recours aux nouveaux matériaux de construction de l'époque, dont l'acier et le béton armé, évidemment!

Pour la cérémonie prévue aujourd'hui, les dirigeants de la «Spuerkeess» prononceront un discours devant le Grand-Duc héritier et la Grande-Duchesse héritière, le Premier ministre Xavier Bettel, les ministres Etienne Schneider et Pierre Gramegna et bien d'autres encore...


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Il y a un an tout juste, les ouvriers du secteur de la construction étaient les premiers à sortir du lockdown. Et si l'activité n'a pas manqué depuis, la flambée des prix des matières premières rend l'an II de l'ère covid bien plus délicat que prévu.
Two construction workers or engineers.
Casino Luxembourg – Forum d'art contemporain
Une page se tourne pour Jo Kox. Après 20 ans à la direction administrative du Casino Forum d'art contemporain, il s'apprête à quitter l'institution. Dans un entretien, il explique ce qui motive son départ et quels sont désormais ses projets.
Visite du Casino Forum d�art contemporain, Joe Kox, le 17 Mars 2016. Photo: Chris Karaba
La participation de l'Etat luxembourgeois à l'augmentation de capital votée jeudi dépend d'une pluralité de paramètres en cours de discussions. Celles-ci tournent autour du siège, d'échanges de terrains et de la présence luxembourgeoise au conseil d'administration.
Le Premier ministre Xavier Bettel et le PDG Lakshmi Mittal à Davos en 2015.