Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Ennuis judiciaires: Yves Bouvier mis en examen pour recel de vol
Yves Bouvier s'est expliqué ce lundi devant la juge et a réfuté toute illégalité (Photo: Anouk Antony)

Ennuis judiciaires: Yves Bouvier mis en examen pour recel de vol

Photo:Anouk ANTONY
Yves Bouvier s'est expliqué ce lundi devant la juge et a réfuté toute illégalité (Photo: Anouk Antony)
Wirtschaft 2 Min. 14.09.2015

Ennuis judiciaires: Yves Bouvier mis en examen pour recel de vol

Les ennuis judiciaires s'accumulent pour l'entrepreneur suisse. L'investisseur principal du Freeport Luxembourg et patron de Natural Le Coultre, a été mis en examen ce lundi du chef de recel par la juge Isabelle Rich-Flament.

(ndp). Les ennuis judiciaires s'accumulent pour l'entrepreneur suisse. L'investisseur principal du Freeport Luxembourg et patron de Natural Le Coultre, a été mis en examen ce lundi du chef de recel par la juge Isabelle Rich-Flament.

La justice le soupçonne de s'être porté acquéreur de deux tableaux de Pablo Picasso volés à son héritière, Catherine Hutin-Blay. Cette dernière avait porté plainte en mars dernier, après avoir constaté que certaines de ses toiles apparaissaient sur le marché de l'art. Le parquet de Paris avait alors ouvert une information judiciaire des chefs de "vol", "recel de vol" et "escroquerie". Les deux œuvres en question avaient été revendues par le marchand suisse pour plusieurs millions d'euros au milliardaire russe et président du club de football de l'AS Monaco, Dmitry Rybolovlev.

Yves Bouvier refuse toute illégalité

Yves Bouvier s'est expliqué ce lundi devant la juge et a réfuté toute illégalité. "Ayant appris que, dans le cadre de la plainte contre inconnu de Catherine Hutin-Blay, la juge Isabelle Rich-Flament avait décerné un mandat d'arrêt contre lui, Yves Bouvier s'est présenté spontanément à son cabinet afin de s’expliquer", souligne un communiqué de presse. Cette audition aurait permis au marchand d'art  d'expliquer l'origine de deux portraits à la gouache et de cinquante-huit dessins à l’encre de Picasso que l'entrepreneur a achetés en 2010 à un trust appartenant à Catherine Hutin-Blay, puis vendus à Dmitry Rybolovlev en 2010 (les encres) et en 2013 (les gouaches).

"Yves Bouvier s’est porté acquéreur d’oeuvres d’art dont il connaissait la provenance et qui remplissaient tous les critères très rigoureux de la due diligence à laquelle il a soumis toutes les oeuvres d’art vendues à Dmitry Rybolovlev entre 2003 et 2014. En 2010 (les encres) et en 2013 (les gouaches), Yves Bouvier a vendu de bonne foi ces oeuvres d’art à Dmitry Rybolovlev comme irréprochables sous l’angle de la due diligence", précise encore ce communiqué.

Selon Yves Bouvier, les deux tableaux "n'ont pas été vendus en catimini pour que Dmitry Rybolovlev les dissimule dans un coffre fort". Au contraire, "ils ont été vendus sur facture par sa société MEI Invest pour orner les murs du chalet de Dmitry Rybolovlev à Gstaad, au vu et au su de tous ses visiteurs". Ces tableaux, comme tous ceux qui composent l'énorme collection de Dmitry Rybolovlev, étaient "destinés à être exposés publiquement".


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

EDITORIAL : Un dogme battu en brèche
Dans l'attente, entre deux annonces publicitaires, la radio rappelle que nos drames pèsent bien peu à côté de ceux que subissent ces âmes errant sur la route de la survie entre un occident et un orient qui n'est – pour elles – pas si proche.
Editorial : Frémissement
A en croire la ministre de l'Egalité des chances, Lydia Mutsch, et son collègue de l'Economie, Etienne Schneider, les femmes ont le vent en poupe. Lors d'une récente conférence de presse, tous deux ont souligné que le sexe féminin est de mieux en mieux représenté dans les postes à responsabilité au Luxembourg.
Editorial: La peste
«Daesch à nos portes» était le titre d'un éditorial publié ici en novembre 2014 déjà. La Libye sombre dans le chaos, y disait-on, les terroristes de l'«Etat islamique» y établissent leurs succursales et ces fous furieux dès lors sont au seuil de l'Europe.
Editorial: La méthode Nagel
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la ministre de la Culture a de la suite dans les idées. En mars, elle avait fait trembler le secteur culturel en annonçant que toutes les conventions avec les associations seraient supprimées d'ici la fin de l'année.