Wählen Sie Ihre Nachrichten​

ecommerce: Girls in tech chez Amazon pour parler boutiques
L'ambiance était studieuse pour le dernier événement de Girls in tech avant l'été

ecommerce: Girls in tech chez Amazon pour parler boutiques

Photo: Thierry Labro
L'ambiance était studieuse pour le dernier événement de Girls in tech avant l'été
Wirtschaft 1 3 Min. 12.07.2016

ecommerce: Girls in tech chez Amazon pour parler boutiques

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Trois ans après sa création, Girls in Tech continue d'amener des femmes vers les métiers du numérique. Comme lundi soir, chez le géant américain du commerce en ligne, Amazon, au Kirchberg.

par Thierry Labro

"Comment je peux empêcher un client d'acheter mon produit, sur lequel j'ai les droits en Europe mais pas aux Etats-Unis?" 

Cette trentenaire est arrivée en dernier, elle a enlevé sa veste avec énergie et s'est posée au premier rang, en plein milieu. La question surprend Tiffany Marcar. La marketeuse d'Amazon cherche le regard de son collègue masculin. Brian est assis au fond de la salle climatisée à la lumière tamisée pour que le soleil ne perturbe pas le défilé... des slides de présentation.

Car, en ce lundi soir, dans le saint du saint du commerce électronique au boulevard Edward Steichen, dans les locaux d'Amazon, les hommes ne sont que "tolérés". Gentiment tolérés mais tolérés. "Ils ne sont jamais plus de 20%", confie une des deux têtes pensantes, Marie-Adélaïde Gervis, qui dirige l'association avec Marina Andrieu

Girls in tech poursuit la mission qu'elle s'est donnée il y a trois ans: permettre aux femmes de profiter des opportunités du numérique. Pour cela, dès son lancement dans feue l'Impactory, il s'agissait que les femmes puissent poser leurs questions, faire avancer leurs projets, sans la pression d'hommes que l'on dit plus familiers des questions informatiques qu'elles.

Des questions pointues

Le sujet du soir - comment être un vendeur sur Amazon - réunit 23 personnes dont 17 femmes qui sont venues parler boutique, pas chiffons... 

Pendant deux heures, elles vont profiter des conseils de Tiffany sur les subtilités de la plate-forme américaine. Quel type de compte choisir? Comment profiter des bons outils? Pourquoi préférer Amazon à eBay? Combien bien s'enregistrer pour s'assurer d'être payé? Comment permettre à ses produits de se différencier des millions de produits similaires? Comment créer de la publicité et à quel prix?

Mme Marcar prendra le temps de diffuser le célèbre "Making a case for design", ou comment la Britannique Helen Rolfe, a quitté le rythme trop tranquille de son business pour embrasser l'ecommerce façon Amazon.

360 Videos werden hier nicht unterstützt. Wechseln Sie in die Youtube App, um das Video anzusehen.

Personne dans la salle n'est naïf: Amazon s'assure surtout de nouveaux vendeurs qui vont encore faire grossir son chiffre d'affaires. Au premier trimestre, le site le mieux noté des sites d'ecommerce a enregistré des ventes à 29,1 milliards de dollars, en hausse de 28% par rapport à la même période l'an dernier. Et s'attend à en faire autant au deuxième trimestre!

Du coup, chaque vendeur compte au moment où émergent les plate-formes chinoises qui partiront avec une base de clients énorme.

Un win-win intelligent

Les deux représentants d'Amazon soignent donc toutes celles qui ont des interrogations, qui ont besoin de conseils ou de contacts. Ce "win-win" intelligent marque le dernier rendez-vous d'une saison chargée. L'événement autour de l'utilisation de wordpress, une solution pour créer et animer un blog, a attiré près de deux fois plus de monde.

A force de mûrir, c'est sûr, Girls in Tech deviendra Women in Tech... Histoire de tordre le cou aux statistiques européennes de 2013 - qui datent - et qui affirment que:

  • Sur un total de 1 000 femmes ayant une licence ou un autre diplôme de premier cycle, seules 29 sont titulaires d’un diplôme en technologies de l’information et des communications (TIC) (contre 95 hommes), et seules 4 travailleront effectivement dans ce secteur.
  • Les femmes quittent ce secteur en milieu de carrière dans une proportion plus importante que les hommes et elles sont sous-représentées aux postes d'encadrement et de décision (c'est-à-dire encore plus que dans d’autres secteurs).
  • Seuls 19,2 % des travailleurs du secteur des TIC ont une femme pour chef, contre 45,2 % des travailleurs d'autres secteurs.

Rééquilibrer les genres permettrait d'augmenter le PIB européen de 9 milliards d'euros, selon la Commission européenne