Wählen Sie Ihre Nachrichten​

DSI: l'autre pépite "luxembourgeoise" rachetée
Wirtschaft 2 Min. 03.01.2019

DSI: l'autre pépite "luxembourgeoise" rachetée

Les différentes matières récupérées sur les astéroïdes, comme des métaux, des hydrocarbures ou même de l'eau, seraient exploitées sur place et serviraient à construire des bases desquelles partirait une exploration spatiale plus lointaine.

DSI: l'autre pépite "luxembourgeoise" rachetée

Les différentes matières récupérées sur les astéroïdes, comme des métaux, des hydrocarbures ou même de l'eau, seraient exploitées sur place et serviraient à construire des bases desquelles partirait une exploration spatiale plus lointaine.
Photo: Shutterstock
Wirtschaft 2 Min. 03.01.2019

DSI: l'autre pépite "luxembourgeoise" rachetée

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Reverra-t-on Deep Space Industries au Luxembourg? La pépite de l'espace installée depuis mai 2016, mais en hibernation, a été rachetée par Bradford Space... qui a déjà des antennes aux Pays-Bas et en Suède.

C'est un nouveau revers pour le projet d'Etienne Schneider. 

Début avril 2016, trois mois après le lancement de son initiative sur l'exploitation des ressources de l'espace, le ministre de l'Economie avait signé son premier "Memorandum of Understanding" avec Deep Space Industries. Une première prise avec cette entreprise américaine née en 2012  à San José pour concevoir, fabriquer et tester un engin spatial, le Prospector, pour aller essayer de collecter un morceau de matériel rare sur un astéroïde.

Trois ans plus tard et alors que Deep Space Industries Luxembourg est en sommeil depuis un moment chez Arendt Services à Hamm, la probabilité que le projet se poursuive au Luxembourg s'est encore réduite.


Ressources de l'espace: Prospector 1 sera construit au Luxembourg
Le gouvernement, la SNCI et les Américains de Deep Space Industries ont signé un accord qui devrait aboutir au développement et à la construction au Luxembourg du premier nanosatellite chargé d'approcher des astéroïdes, pour voir s'il y a de l'eau et procéder à des reconnaissances geotechniques.

Mardi, au premier jour de 2019, les Américains de Brade Space ont confirmé avoir acquis la société lancée par Rick Tumlinson pour un montant non communiqué. Faute de financement à long terme pour développer son premier projet, DSI avait déjà pivoté, comme on dit dans le monde des start-ups, en s'intéressant au développement des mini-satellites, jugé plus porteur économiquement à court terme, et d'un système de propulsion qui utilise l'eau comme carburant (Comet).

Bradford Space a déjà son propre système de propulsion, explique le site Spacenews qui a révélé le rachat, " depuis son acquisition en 2017 d’ECAPS, une société suédoise qui a développé des systèmes de propulsion par satellite non toxiques de haute performance. Quinze engins spatiaux utilisent ces propulseurs ECAPS, dont trois ont été lancés le 3 décembre sur un SpaceX Falcon 9. Ce lancement a également permis à quatre satellites d'utiliser des propulseurs Comet de DSI."


Le cofondateur de Deep Space Industries: "C'est beau, ce que fait le Luxembourg!"
Rick Tumlinson, le cofondateur de Deep Space Industries, dont le destin est lié à celui du Luxembourg dans le space mining, est à l'ICT Spring en ce mercredi. Un patron à l'énergie folle. Interview autour d'un coca zéro.

 "Pour l'exploitation minière d'astéroïdes commerciaux, nous ne sommes pas des gens qui se moquent de ses perspectives", a déclaré Ian Fichtenbaum, l'un des administrateurs de Bradford Space, dans un courrier électronique. "Nous pensons qu'il a un réel avenir et voulons voir si Comet and Xplorer de DSI, ainsi que les activités existantes de Bradford, peuvent jouer un rôle dans cet avenir." Il a toutefois ajouté que "pour l'instant, nous procédons pas à pas."  

BSI, le nouveau nom de DSI, s'intéressera à un bus satellite appelé Xplorer destiné à être utilisé sur des missions au-delà de l'orbite terrestre.

Les nouveaux patrons de DSI ont déjà participé à 119 lancements et comptent près de 2.000 objets dans l'espace. Ils ont déjà deux points de présence en Europe, un à Roosendaal, au sud-ouest des Pays-Bas et l'autre à Solna en Suède, siège d'ECAPS.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

12 millions perdus: Schneider se défend
Le ministre de l'Economie, Etienne Schneider, a défendu l'investissement de la Société nationale de crédit et d'investissement dans Planetary Resources, qui s'est traduit par une perte de 12 millions d'euros.
Journée économique, Etienne Schneider. Foto:Gerry Huberty
Luxembourg tourne le dos à Planetary Resources
Le Luxembourg s'est débarrassé des 10% qu'il détenait dans Planetary Resources pour "un prix symbolique". La société, présentée comme une pépite en 2016, est entrée dans une nouvelle ère avec l'arrivée de ConsenSys, annoncée mercredi.
Deux ans et demi après l'annonce d'Etienne Schneider, le Luxembourg a vendu ses parts dans la société de Chris Lewicki
La nouvelle guerre des étoiles
Les alertes se multiplient autour des hackers qui prennent le contrôle de satellites et d'engins spatiaux. Et les réactions politiques semblent très limitées. GPS, voitures autonomes, communication: tout passera pourtant par là.
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.