Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Des progrès vers l’égalité dans les CA publics
D'après la ministre Taina Bofferding, l'égalité entre les femmes et les hommes est un devoir pour le gouvernement.

Des progrès vers l’égalité dans les CA publics

Chris Karaba / Luxemburger Wort
D'après la ministre Taina Bofferding, l'égalité entre les femmes et les hommes est un devoir pour le gouvernement.
Wirtschaft 2 Min. 08.02.2019

Des progrès vers l’égalité dans les CA publics

Aude FORESTIER
Aude FORESTIER
Au 31 décembre 2018, on comptait 40,19% de femmes présentes dans les organes de décision des établissements publics. Ce chiffre dévoilé vendredi dépasse largement les 30,34% enregistrés en janvier 2015.

Objectif atteint. Pour la première fois, le taux de femmes représentant l’État dans les conseils d’administration des établissements publics dépasse la barre des 40%. Plus précisément, il est de 40,19% au 31 décembre 2018. C’est ce qu’ont annoncé vendredi la ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes Taina Bofferding et son collègue de l’Économie Étienne Schneider.

Ces derniers ont présenté le bilan intermédiaire sur la composition des CA dans lesquels l’État est représenté. Pour rappel, à l’automne 2014, le gouvernement Bettel s’est donné pour objectif d’atteindre ce fameux seuil. Jusqu’alors, le taux de femmes présentes dans les conseils d’administration progressait peu. C’est d’ailleurs ce que montrait une étude publiée par le Liser en 2015 sur l’ensemble de l’économie.

Pour Taina Bofferding, «il nous faut valoriser les talents des femmes qui sont prêtes à prendre des responsabilités au sein des conseils d’administration». Il s’agit d’une «question d’équité». La mixité «dans la prise de décision est une véritable force économique», a-t-elle encore souligné.

Beaucoup de femmes compétentes

Le bilan intermédiaire montre, par ailleurs, que le taux total de femmes présentes dans les conseils d’administration des établissements publics (y compris les personnes représentant d’autres partenaires) a atteint les 34,69%. Il n’était que de 27,41% en janvier 2015. De plus, pour les sociétés, le taux de femmes représentant l’État est passé de 24,69% en janvier 2015 à 30,58% à la fin de l’année dernière. L’objectif de 4 % a permis de «renforcer les discussions sur le profil des administrateurs. C’est un moyen efficace pour faire évoluer les mentalités. Certes, les quotas ne sont pas une solution miracle mais il peuvent aider à dépasser le poids de la tradition», note-t-elle.

Au niveau des firmes, il arrive que ces dernières indiquent ne pas trouver de candidates prêtes à s’engager. Pourtant, selon la ministre, «nous avons beaucoup de femmes compétentes». Nombre d’entre elles sont prêtes à prendre plus de responsabilités. Elles sont également fédérées dans des entités comme le «Female Board Pool», une initiative, gérée par une association qui réunit près de 580 femmes expérimentées, disposées à exercer un mandat dans un conseil d’administration.

Les deux ministres Tania Bofferding et Étienne Schneider ont par ailleurs réitéré la volonté de poursuivre les efforts déjà accomplis, invitant l'ensemble des acteurs à œuvrer ensemble afin d'atteindre un meilleur équilibre.