Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Des petits patrons dans l'urgence
Wirtschaft 3 Min. 02.08.2016 Aus unserem online-Archiv
Après les inondations de fin juillet

Des petits patrons dans l'urgence

La solidarité du village a permis à VIncent et Sophie Saxer d'assurer un minimum de livraison à leurs clients.
Après les inondations de fin juillet

Des petits patrons dans l'urgence

La solidarité du village a permis à VIncent et Sophie Saxer d'assurer un minimum de livraison à leurs clients.
Gerry Huberty
Wirtschaft 3 Min. 02.08.2016 Aus unserem online-Archiv
Après les inondations de fin juillet

Des petits patrons dans l'urgence

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Une vingtaine de petits patrons ont déjà sollicité l'aide d'urgence de 30 millions d'euros que le gouvernement a débloquée. Les inondations les ont mis en grand danger. Exemple à Ermsdorf, chez Saxer.

par Thierry Labro

«Si votre habitation avait brûlé, j'aurais pu vous indemniser correctement. Mais là, non!» Vincent Saxer en sourit. 

Dans l'import-export de produits de réparation du cuir automobile, cet entrepreneur suisse ne pensait pas que l'inondation était aussi mal couverte par son assureur. «Je ne comprends pas que rien ne soit proposé! Mon assureur m'a répondu qu'une prime serait trop élevée, vu les risques, et que personne n'y souscrirait.» 

Il y a dix jours, son épouse Sophie a tout juste eu le temps de mettre leur petite fille de 15 mois à l'abri au premier étage. 

En dix minutes, un mètre cinquante d'eau boueuse s'est engouffrée dans ce corps de ferme niché au coeur d'Ermsdorf qu'ils rénovent sur le peu de temps libre qu'il leur reste. L'Ernz blanche qui coule de l'autre côté de la route, et les pluies ont tout emporté sur leur passage. 

200.000 euros de dégâts au moins 

Les traces de boue sont toujours visibles sur les murs blancs et dans l'atelier. Le stock est largement inutilisable. Le garage où ils réparent le cuir des voitures de leurs clients est encombré de caisses et de bric-à-brac à nettoyer. Leur van, semblable à celui de l'Agence Tous Risques, et leur vieille 2CV qui n'avait que 104 kilomètres au compteur pourraient ne jamais redémarrer. 

Habitué à travailler de 7 heures à minuit tous les jours, le couple a les larmes aux yeux en évoquant l'élan de solidarité du village et des environs pour les aider à s'en sortir. «Nous avons pensé à tout arrêter.» 

Sur son téléphone portable, Vincent Saxer montre les images qu'il a gardées de ce cauchemar
Sur son téléphone portable, Vincent Saxer montre les images qu'il a gardées de ce cauchemar
Gerry Huberty

Auprès des fournisseurs, ils ont insisté pour obtenir des produits de remplacement. Aux clients, parmi lesquels ils comptent Bugatti, McLaren ou Mercedes, ils ont demandé un peu de patience tout en continuant à expédier ce qui pouvait l'être. «Un client, c'est un client. Mais le chiffre d'affaires a sérieusement baissé. Pour l'instant, je pense que nos dégâts sont de l'ordre de 150.000 à 200.000 euros. Et dire que nous pensions embaucher un deuxième salarié.» 

Lundi, la secrétaire d'Etat à l'Economie, Francine Closener, qui a fait le tour des victimes des inondations, était atterrée. «Il y a beaucoup de dégâts. Nous devions faire quelque chose pour ces petits entrepreneurs.» 

L'enveloppe de 30 millions d'euros débloquée par le gouvernement viendra en complément des indemnités des assureurs et permettra surtout de gagner du temps pour racheter des outils ou reconstituer un stock de produits. 

«L'idée est qu'ils commencent par contacter leur assurance. Puis qu'ils nous donnent mandat pour obtenir les informations qu'ils ont données à leurs assureurs, comme ça ils n'ont pas de démarches supplémentaires à accomplir. Une commission étudiera chaque dossier au fur et à mesure pour débloquer jusqu'à 200.000 euros.» 

La responsabilité de l'entrepreneur 

C'est le plafond du régime choisi, le régime d'aide "de minimis". Avec le relevé chiffré et aussi précis que possible, les entrepreneurs pourront vite se remettre au travail. 

«Nous devrions déjà pouvoir couvrir les besoins. Pour les enveloppes supérieures, nous verrons comment faire», indiquait hier la ministre qui s'est refusée à critiquer les assurances. «Bien se renseigner sur les montants des indemnités en cas de sinistre est avant tout de la responsabilité de l'entrepreneur lui-même.» 

Réunis lundi après-midi au ministère de l'Economie, les assureurs, confrontés pour la première fois à une situation pareille, se sont dit prêts à aller aussi vite que possible dans les dossiers d'indemnisation. 

Selon le ministère de l'Economie, 22 entreprises se sont déjà manifestées. D'autres peuvent continuer à contacter le ministère, le dispositif exceptionnel sera maintenu quelques semaines. 

Août ne semble pas parti pour être un mois plus sec...

Il faudra encore des semaines pour avoir une véritable idée de l'état des stocks chez Saxer. Petit à petit, chaque détail est nettoyé.
Il faudra encore des semaines pour avoir une véritable idée de l'état des stocks chez Saxer. Petit à petit, chaque détail est nettoyé.
Gerry Huberty

Bon à savoir

Le Conseil de gouvernement a décidé de mettre à disposition une enveloppe financière de 30 millions d’euros au bénéfice de l’ensemble des sinistrés des inondations. Il utilisera le régime d'aides "de minimis", qui sera ouvert pendant quelques semaines. 

Les entreprises sinistrées peuvent contacter le ministère de l’Economie: 
Vincent Hieff
Tél.: 247-84739
E-mail: vincent.hieff@eco.etat.lu