Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Camp improvisé à Sanem
Wirtschaft 11 5 Min. 24.01.2020 Aus unserem online-Archiv

Camp improvisé à Sanem

En attendant les autorisations communales de bâtir ses halls de stockage, WSA s’équipe en tentes, pour héberger les premiers matériels de l’armée de l’air américaine, qui affluent depuis janvier sur son site de Sanem.

Camp improvisé à Sanem

En attendant les autorisations communales de bâtir ses halls de stockage, WSA s’équipe en tentes, pour héberger les premiers matériels de l’armée de l’air américaine, qui affluent depuis janvier sur son site de Sanem.
Photo: Gerry Huberty
Wirtschaft 11 5 Min. 24.01.2020 Aus unserem online-Archiv

Camp improvisé à Sanem

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
WSA contraint de stocker le matériel militaire US dans des tentes, faute de hangars.

A Sanem, les hangars de l'armée de l'air ne sont pas encore sortis de terre. Alors que démarre un nouveau programme de collaboration logistique entre le Luxembourg et l'armée de l'air américaine en Europe (USAFE), pour la période 2020-2028, les quatre à cinq nouvelles halles du site de Warehouses Service Agency (WSA), prévues pour accueillir et stocker le matériel aéroportuaire dès janvier, n'ont pas encore vu le jour. 

Leur construction reste suspendue aux conclusions des études d’ingénierie et aux autorisations de bâtir, qui n'ont pas encore été délivrées. 

Sur le sujet, le ministre de la Défense François Bausch, et l'ambassadeur des États-Unis à Luxembourg, J. Randolph Evans, avaient pourtant conclu un mémoire d'entente en octobre dernier.   

François Bausch le ministre luxembourgeois de la Défense, et l’ambassadeur des Etats-Unis à Luxembourg, J. Randolph Evans, ont signé un mémoire d'entente portant sur les activités de WSA.
François Bausch le ministre luxembourgeois de la Défense, et l’ambassadeur des Etats-Unis à Luxembourg, J. Randolph Evans, ont signé un mémoire d'entente portant sur les activités de WSA.
Photo: MMTP

Un projet de loi avait suivi: déposé à la Chambre en décembre dernier, il devrait être voté dans les prochaines semaines. 

 Deux ans d'attente 

A cette fin, les deux textes prévoient un accroissement de la capacité de stockage jusqu'à 35.000 m2, sur l'emplacement de l'agence sud-luxembourgeoise spécialisée dans la logistique militaire et de fourrière judiciaire.

Le projet d'extension avance lentement. Nous sommes bloqués car les infrastructures manquent.

Laurent Bodson

A cela s’ajoutent 5.000 m2 de surface supplémentaire, affectés à la construction de bureaux, de vestiaires, d'ateliers et d'infrastructures pour la réception et l'expédition des biens. Entre-temps, les équipements de l’USAFE commencent déjà à affluer sur la zone de 38 hectares.  

Mais les 15 des 17 hangars existants et dédiés à leur entreposage, sécurisation, réparation et entretien, affichent déjà complet. 

«Le projet d'extension avance lentement. Nous sommes bloqués car les infrastructures manquent,» déplore Laurent Bodson, le general manager de la sarl. «Actuellement, nous tablons sur deux années d'attente, avant de véritablement commencer les travaux de construction des hangars.» 

Olegario Rivero et Laurent Bodson, respectivement deputy general manager et general manager de WSA (de gauche à droite).
Olegario Rivero et Laurent Bodson, respectivement deputy general manager et general manager de WSA (de gauche à droite).
Photo: Gerry Huberty

Mesures provisoires 

La direction de WSA a dû se résoudre à des mesures provisoires, et acheter deux grandes tentes militaires, de respectivement de 5.000 et 2.000 m2. Montant total du «campement» improvisé: pas moins d'un million d'euros

A elle seule, la première tente coûte 600.000 euros, et la seconde environ 400.000 euros. Sans oublier les frais d'entretien. En cours d'installation la première sera opérationnelle fin janvier.La seconde devrait être livrée à WSA en mars prochain. Pour financer ce matériel, l'agence a dû puiser dans les fonds disponibles


Déploiement d'activités en vue chez WSA
L'armée américaine compte accroître sa capacité de stockage de matériel sur le site de Warehouses Services Agency à Sanem.

Faute d'infrastructures (vestiaires, douches...), nous ne sommes pas en mesure de recruter le personnel prévu.

Olegario Rivero

Autre impact du retard des études et autorisations: le gel des embauches prévues dans le planning. Selon les prévisions du projet de loi, environ 70 personnes devraient être embauchées dès 2020, pour seconder les quelque 169 salariés déjà affectés au service de l'USAFE. 

En 2028, ce staff devrait dépasser les 300 personnes. «Faute d'infrastructures (vestiaires, douches...) nécessaires à l'accueil et au travail des nouveaux venus, nous ne sommes pas en mesure de recruter le personnel prévu,» regrette le deputy general manager de l'agence, Olegario Rivero. 

Seules certitudes, selon les dirigeants de WSA: les fonds prévus par le mémoire d'entente pour le fonctionnement «sont disponibles.» Le montant total arrêté pour les neuf années est plafonné à 225.000.000 euros

S'y ajoutent des frais sur les éventuelles hausses salariales. 80 % sont à la charge du Grand-Duché, le reste revient aux Américains. La contribution luxembourgeoise aux coûts de fonctionnement – incluant principalement les dépenses courantes correspondant à la masse salariale de WSA – devrait s'élever à un total de 116 millions d'euros sur la période, estime le projet de loi. 

Pour sa part, l'administration étasunienne devrait honorer sa promesse financière de 67 millions de dollars, que Donald Trump avait un temps envisagé de réaffecter à la construction de son mur mexicain


WSA: 40 ans de logistique militaire et judiciaire
Ce samedi, la société active dans le stockage, la gestion et la maintenance de matériels pour les armées et la Justice ouvre son site de Sanem au public.

Aujourd'hui, Warehouses Service Agency, qui a fêté ses 40 ans en 2019, emploie au total 181 salariés. En 2018, la sarl a enregistré un chiffre d'affaires de 13,2 millions d'euros, dont 10 millions tirés des activités de l'USAFE. 

Le reste émane des prestations à l'armée luxembourgeoise et à la fourrière judiciaire.  

Inventaire à la Prévert 

Au cours des dix dernières années, le Grand-Duché a ainsi déboursé quelque 75 millions d'euros dans les activités de WSA. Imputées sur le budget de la défense, ces dépenses sont intégralement prises en compte dans le calcul de l'effort de défense du Luxembourg. 


Depuis 1995, l'USAFE entrepose son matériel chez WSA. Véritable inventaire à la Prévert, le stock comprend tout ce dont un contingent a besoin pour la construction, le fonctionnement et la vie au quotidien d'un aéroport militaire, et de ses troupes: de la petite cuillère, aux bus et aux camions incendie et ambulanciers, en passant par les dégivreuses pour avions.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema