Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Bitcoin: Comment le Luxembourg veut torpiller la suprématie de la Chine
Wirtschaft 3 Min. 09.02.2017 Aus unserem online-Archiv

Bitcoin: Comment le Luxembourg veut torpiller la suprématie de la Chine

L'algorithme luxembourgeois pourrait permettre de redémocratiser les monnaies cryptées

Bitcoin: Comment le Luxembourg veut torpiller la suprématie de la Chine

L'algorithme luxembourgeois pourrait permettre de redémocratiser les monnaies cryptées
Photo: AFP
Wirtschaft 3 Min. 09.02.2017 Aus unserem online-Archiv

Bitcoin: Comment le Luxembourg veut torpiller la suprématie de la Chine

Thierry LABRO
Thierry LABRO
51% de cette monnaie cryptée bien connue sont détenus par moins de dix entreprises en Chine. Deux chercheurs de l'université de Luxembourg ont publié un algorithme capable de renverser la situation.

par Thierry Labro

Ils sont des cerveaux inconnus du grand public et des superstars de leur discipline: deux chercheurs de l'Université de Luxembourg, Alex Biryukov et Dmitry Khovratovich, ont rendu public leur algorithme, "Equihash", utilisé pour l'instant par une des nombreuses monnaies concurrentes du bitcoin, appelée "Zcash". Explications.

A l'origine, le bitcoin devait permettre de créer une monnaie qui se passe des banques traditionnelles et qui permette à quiconque de participer à une sorte de chaîne mondiale, par l'intermédiaire de "pools", pour faire tourner une règle de calcul qui "vérifie" une transaction. Quand l'identité du donneur et du receveur étaient établies, le "mineur", celui qui prêtait son ordinateur à la transaction, recevait une "commission", en bitcoin. Le nombre de bitcoins augmente en permanence et sera limité, à la fin, à 21 millions de bitcoins.

Des fermes à miner... en Chine

Ce que le créateur du bitcoin, Satoshi Nakamoto n'avait pas prévu en 2009, c'est qu'une puissance, la Chine, investirait massivement dans "des fermes à miner", des parcs d'ordinateurs qui tournent en permanence pour vérifier des transactions en bitcoins et donc récupérer les commissions. Pire, les transactions qui ne concernent pas forcément la Chine doivent de plus en plus être "vérifiées" par une de ces dix sociétés chinoises. Ce qui donne un rôle incontournable à la Chine dans les transactions mondiales en bitcoin. Les transactions bitcoin-yuan ont largement pris le dessus sur les transactions en bitcoin-dollar.

Nos deux chercheurs ont donc créé une nouvelle règle de calcul utilisée pour une autre monnaie mais qui peut être utilisée pour le bitcoin comme pour la centaine de monnaies cryptées qui ont une valeur de plus d'un million de dollars. Leur règle rend plus facile l'utilisation d'ordinateur basique comme celui que vous et moi pouvons avoir chez nous ou de cartes graphiques comme celles que l'on peut retrouver dans les ordinateurs consacrés aux jeux.

Alex Biryukov, directeur de Cryptolux, et Dmitry Khovratovich, du SnT, ont publié un algorithme qui change la manière dont sont minées les monnaies cryptées
Alex Biryukov, directeur de Cryptolux, et Dmitry Khovratovich, du SnT, ont publié un algorithme qui change la manière dont sont minées les monnaies cryptées
Université de Luxembourg

Moins cher et plus rapide

Si le nouvel algorithme éloigne le risque de monopolisation avec des calculs plus compliqués et l'utilisation de beaucoup de mémoire, il est plus rapide et moins cher et la vérification de l'authenticité des nouveaux bitcoins prend moins de mémoire. La mécanique reste quand même une affaire de spécialistes, qui n'auront plus besoin de financer des millions d'euros ou de dollars d'investissements pour lancer des fermes.

Cette technologie permettra de favoriser de nouveaux "pools", probablement basés dans des pays où l'énergie est moins chère ou bien où la température est très basse, ce qui est précieux pour refroidir les ordinateurs (comme en Islande).

En juillet dernier, la Chine possédait plus de 51% des blocks de bitcoin, 1,5 million de bitcoins, contre 518 millions pour les Etats-Unis. Selon BitcoinChain, quatre sociétés chinoises se partageaient 71% des blocs de bitcoin: F2Pool (26,3), Antpool (20,1%), 12,6% BTCC Pool et (11,9%). L'intérêt des Chinois n'est pas venu d'une envie de contourner le système monétaire traditionnel mais de placer leur argent au moment où l'Etat verrouillait certaines possibilités d'investissement.

La solution développée par les deux "Luxembourgeois" va forcément intéresser ces mêmes investisseurs qui avaient décidé, pour contrer les Chinois, de développer leurs propres fermes à miner, en associant des géants d'internet et des géants des fonds d'investissement.

Le bitcoin, instrument libertaire alternatif à un système financier atrophié, a vécu.

Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.