Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Baromètre européen EY: Un vent d'optimisme souffle sur les PME
Wirtschaft 4 Min. 09.03.2015

Baromètre européen EY: Un vent d'optimisme souffle sur les PME

Pierre Mangers, Yves Even et John Hames ont présenté les résultats du baromètre européen des PME. (Photo: Chris Karaba)

Baromètre européen EY: Un vent d'optimisme souffle sur les PME

Pierre Mangers, Yves Even et John Hames ont présenté les résultats du baromètre européen des PME. (Photo: Chris Karaba)
Chris Karaba
Wirtschaft 4 Min. 09.03.2015

Baromètre européen EY: Un vent d'optimisme souffle sur les PME

Les dirigeants de petites et moyennes entreprises en Europe retrouvent des couleurs! Selon la première édition du baromètre des PME européennes, dévoilée ce lundi par le cabinet EY, les patrons jugent leur activité plutôt positive et prévoient même de maintenir, voire d'augmenter leurs investissements. Au Grand-Duché, 41 % des sondés  prévoient une croissance de leur activité à l'horizon de six mois.¶

(ndp).- Le cabinet EY a interrogé, entre novembre et décembre 2014, quelques 6.000 entreprises européennes, dont une centaine au Luxembourg. Premier point positif: les entrepreneurs voient un peu plus l'avenir en rose. «Globalement, les entreprises prévoient une croissance de leur activité à court et à long terme, avec une hausse moyenne de leur chiffre d'affaires estimée à 1,7 %», a résumé Yves Even, associé, responsable du département Entrepreneur de l'année – Entrepreneuriat/PME chez EY. Au Luxembourg, 93 % des entrepreneurs évaluent leur activité de manière positive, contre une moyenne européenne de 87 %.

La baromètre EY relève ensuite que 41 % des sondés au Luxembourg prévoient une croissance de leur activité à l'horizon de six mois (46 % au niveau européen), et 55 % anticipent une stabilité dans leur développement. «Et ce indépendamment des secteurs et des volumes d'activités», a précisé Yves Even.

Signe de cette confiance, les patrons de PME se disent prêts à reprendre leurs investissements à court terme. Une bonne nouvelle pour la relance de l'économie. Ainsi, 25 % des sondés luxembourgeois prévoient une augmentation de leurs investissements à moyen terme, 67 % souhaitent les maintenir au même niveau. Une évolution jugée positive, «même si ces investissements restent à un niveau assez bas», a commenté M. Even. Par ailleurs, 26 % des patrons luxembourgeois comptent embaucher au cours des six prochains mois, alors que (seulement) 5 % envisagent de diminuer leurs effectifs.

Le financement reste un souci

Le sentiment des dirigeants est en revanche nettement plus mitigé quand on les interroge sur l'avenir du climat économique de leur pays. Ainsi, 27 % prévoient une amélioration du climat à moyen terme, 60 % un maintien et seulement 13 % une détérioration. Par ailleurs, 26 % des sondés se disent satisfaits de la politique économique appliquée et 56 % ne le sont que moyennement.

Le point noir reste l'accès au financement: 36 % des PME disent rencontrer des difficultés à trouver des sources de financements externes (hors crédit bancaire). C'est au-dessus de la moyenne européenne (33 %), relève l'étude.

Un allègement des taxes

Interrogés sur la politique économique menée par leur pays, les entrepreneurs luxembourgeois sont plus nombreux à afficher une confiance (26 %) qu'une défiance (18 %). Plus surprenant: contrairement à la majorité de leurs confrères européens, 59 % des PME souhaitent voir le gouvernement s'attaquer à la réduction de la dette publique, contre 41 % souhaitant une augmentation des investissements publics afin de garantir une relance économique. Les attentes vis-à-vis des pouvoirs publics sont claires: la réduction des impôts (58 %), l'allègement des procédures administratives (38 %) et les incitations publiques en matière de R&D sont considérés comme les trois mesures politiques favorisant le développement économique.

Commentant la réduction des impôts, John Hames, associé fiscaliste, a rappelé que la réforme fiscale du gouvernement est annoncée pour 2017. «Le gouvernement a donné des assurances aux entreprises de ne pas augmenter les impôts, ce qui constitue déjà une bonne nouvelle, mais de là à les réduire, il y a peu de marge de manœuvre», a-t-il commenté. Il a aussi relevé une promesse qui figure dans le programme de coalition du gouvernement et qui n'a pas encore vu le jour, à savoir l'introduction d’une «réserve immunisée pour investissement pour les PME». Cette mesure, dont on ne connaît pas encore la portée, aiderait les petites et moyennes entreprises à s'autofinancer en réinvestissant les bénéfices dans l'entreprise au lieu de les distribuer.

Principaux risques

L'étude de EY montre finalement que l'environnement économique préoccupe également les patrons: parmi les risques les plus nuisibles à la croissance de leur activité, les PME placent en tête une faible croissance économique domestique (27 %), une augmentation des matières premières et une hausse du prix de l'énergie (26 %), une faible croissance économique européenne (23 %), la sécurité des données informatiques et la propriété intellectuelle (14 %). Et enfin, la pénurie de main d'oeuvre qualifiée (13 %). Sur ce dernier point, l'étude d'EY relève que 13 % des dirigeants de PME déclarent que le manque de main d'oeuvre qualifiée a des conséquences directes sur leur chiffre d'affaires. 


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Editorial: Bouchon-boulot-bouchon
On passe devant tous les jours sans vraiment s'en rendre compte. Pourtant, devant nos yeux, brique par brique, un nouveau quartier de Luxembourg s'élève et prend vie. Le ban de Gasperich.
Lust auf noch mehr Wort?
Lust auf noch mehr Wort?
7 Tage gratis testen
E-Mail-Adresse eingeben und alle Inhalte auf wort.lu lesen.
Fast fertig...
Um die Anmeldung abzuschließen, klicken Sie bitte auf den Link in der E-Mail, die wir Ihnen gerade gesendet haben.