Wählen Sie Ihre Nachrichten​

ArcelorMittal aura deux "nouveaux" concurrents
Wirtschaft 3 Min. 21.09.2016 Aus unserem online-Archiv
Double fusion annoncée en Chine

ArcelorMittal aura deux "nouveaux" concurrents

Le cinquième producteur mondial d'acier devrait absorber le onzième pour donner naissance à un dauphin d'ArcelorMittal
Double fusion annoncée en Chine

ArcelorMittal aura deux "nouveaux" concurrents

Le cinquième producteur mondial d'acier devrait absorber le onzième pour donner naissance à un dauphin d'ArcelorMittal
REUTERS
Wirtschaft 3 Min. 21.09.2016 Aus unserem online-Archiv
Double fusion annoncée en Chine

ArcelorMittal aura deux "nouveaux" concurrents

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Quatre des vingt premiers producteurs d'acier chinois ont confirmé leur volonté de fusionner. Celle de Baosteel (5e) et de Wuhan (11e) donnera naissance à un géant chinois encore loin d'ArcelorMittal.

par Thierry Labro

Fusion ou pas, avec ses 97 millions de tonnes d'acier produites en 2015, ArcelorMittal reste LA référence mondiale. Mais là où l'aciériste luxembourgeois produisait autant que le deuxième et le troisième réunis de ce classement, les Chinois vont commencer à redistribuer les cartes. 

 «Nous n'avons pas l'habitude de commenter les fusions ou acquisitions de nos concurrents dans le secteur», répond sobrement le responsable de la communication du groupe luxembourgeois, Pascal Moisy. «Nous nous contentons de regarder quelle influence cela aura sur les surcapacités chinoises.» 

«China Baowu Iron and Steel Group», qui naîtra de la fusion annoncée mardi soir du numéro deux chinois, Baosteel, et de Wuhan Steel, se serait glissé en théorie au deuxième rang mondial avec plus de 60 millions de tonnes, selon les statistiques de l'association mondiale de l'acier. Les deux géants de l'acier devront d'abord avoir l'accord des autorités chinoises. 

Une deuxième fusion déjà en vue

Mais leur fusion s'inscrit dans le début visible d'un mouvement inévitable pour lutter contre les surcapacités d'acier sur le marché. «Le mouvement est inévitable et inarrêtable», commente Chen Bingkun, analyste chez Minmetals and Jingyi Futures. 

La société de Shangaï, Baosteel a à peine indiqué qu'elle procéderait à une augmentation de capital pour racheter sa consoeur qu'une deuxième fusion pointe déjà le bout de son nez: deux autres géants basés dans la province du nord-est de Lianoing, Ansteel (7e) et Benxi (21e), devraient en faire autant, selon le vice-secrétaire général de l'Asssociation chinoise du fer et de l'acier, Chi Jingdong, cité par l'Agence France Presse. 

Les Européens, ArcelorMittal en tête, se sont souvent plaints de voir les Chinois inonder le marché de 400 à 500 millions de tonnes. 

Un moyen de diminuer les surcapacités

Après avoir longtemps fait la sourde oreille, Pékin a fini par admettre qu'il lui fallait faire un effort. Le gouvernement central a commencé par limiter la production à doses homéopathiques. Ce qui ne lui a que très moyennement réussi. Avec le ralentissement de l'économie chinoise et la diminution des commandes publiques, les sociétés chinoises ont été elles aussi touchées. 

Wuhan Steel Group a vu son bénéfice net de 195 millions de dollars en 2015 se transformer en dettes de plus d'un milliard de dollars l'an dernier. Pour les analystes, ce mouvement de consolidation devrait aussi aider la Chine a lutter contre les supercapacités, de 100 à 150 millions de tonnes sur plus de 1.200 tonnes par an. 

Les fusions s'incrivent dans la lutte du gouvernement contre les surcapacités de l'acier, souvent dénoncées par les Occidentaux
Les fusions s'incrivent dans la lutte du gouvernement contre les surcapacités de l'acier, souvent dénoncées par les Occidentaux
REUTERS

«Le résultat de cette restructuration est d'intégrer la production chinoise d'acier et de lui permettre de mieux exporter», analyse M. Chen. Pour d'autres, cela ne donnera pas réellement d'avantages concurrentiels aux Chinois par rapport à leurs concurrents comme ArcelorMittal ou US Steel. 

«Les produits finis d'acier chinois ne sont pas compétitifs dans les marchés internationaux», explique un analyste de Xinhu Futures basé à Hangzhou, Qin Jiawei. «Ce n'est pas la taille de la compagnie qui compte. Vous ne pouvez pas changer le marché global de l'acier en les additionnant les uns aux autres.»


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

10 Jahre ArcelorMittal
Roland Junck hat die Übernahme von Arcelor durch Mittal an vorderster Front miterlebt. Im Interview blickt er zurück und liefert die Hintergründe der Stahlschlacht.
"Roland, du hast Recht, aber ich bin der Besitzer", sagte Lakshmi Mittal dem ersten CEO von ArcelorMittal.
China produziert derzeit sehr viel mehr Stahl als es selbst verbraucht. Daher versuchen die Chinesen ihre Überproduktion im Ausland zu verhökern – und verderben damit weltweit die Preise. Dabei will Chinas von der EU als Marktwirtschaft anerkannt werden.
Eine kleine Stahlhütte in Hefei in Zentralchina. Das Land hat viele kleine und mittlere Hersteller von Stahl.