Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Amazon satisfait: L'UE ouvre la porte... aux drones
Wirtschaft 2 3 Min. 07.12.2015

Amazon satisfait: L'UE ouvre la porte... aux drones

"L'Europe doit débrider le potentiel des drones." En une phrase, lundi à la mi-journée, l'Union européenne a ouvert la porte au développement des drones. Notamment pour l'ecommerce. Ce qu'Amazon, qui voudrait généraliser son Prime Air, n'a pas tardé à saluer. Petit retour vers le futur.

par Thierry Labro

"L'Europe doit débrider le potentiel des drones". Dans le quatrième axe de la nouvelle stratégie de l'aviation, présentée lundi à Bruxelles par la Commission européenne, l'innovation occupe désormais une place de choix, dans la lignée des travaux préparatoires menés par l'Agence européenne de sécurité aérienne ou par le Parlement européen.

Amazon ne s'y est pas trompé, envoyant dans l'après-midi un communiqué de son vice-président en charge des politiques publiques, Paul Misener, qui s'est dit "très excité par le plan de régulation pragmatique des drones en Europe."

Pragmatique, ici, tient dans la régulation des drones selon leur type et leur fonction. L'EASA préconisait quatre niveaux, la stratégie européenne n'en retient que trois. Pour Amazon, c'est ce qui manquait pour tenter de développer en Europe ce qui commence à fonctionner aux Etats-Unis pour pouvoir utiliser le drone dans l'ecommerce.

Le Prime Now fonctionne depuis un an à New York et dans 19 autres grandes villes américaines, sans être régulé. Et il permet de livrer un colis de 2,5 kilos maximum, venu de la plateforme d'ecommerce Amazon en une heure, en passant par des opérateurs locaux.

Flex pour de nouveaux entrepreneurs

Le 30 octobre, l'Américain a même lancé Flex, qui est une app permettant à un entrepreneur de devenir une plateforme de livraison de colis en utilisant les drones Amazon. Les entrepreneurs qui se sont associés ont en moyenne gagné 25 dollars de l'heure, a indiqué Amazon dans son communiqué.

Derrière la communication le jour du CyberMonday comme une campagne de marketing "gratuite" restent posées un certain nombre de questions, comme l'autonomie, l'évitement ou la communication avec d'autres objets volants. Pour que le client reçoive son colis, il devra avoir déposé dans l'espace de réception une balise qui permettra au drone de se poser comme un avion alors qu'il décolle comme un hélicoptère. 

Ce marché, estimé à 16 milliards de dollars, attisent d'autres convoitises. Google annonce que son système volera dès 2017. WalMart, Alibaba et, en France, la Poste annoncent aussi qu'ils seront bientôt prêts à livrer des colis par les airs en un temps très court.

Les Chinois aussi à l'affût

Avant,  le marché des drones commerciaux pourrait atteindre les 1,27 milliard de dollars d’ici à 2020, soit un taux de croissance annuel de 109,1% entre 2014 et 2010, selon les estimations du cabinet MarketsandMarkets. Dans un article il y a une quinzaine de jours, Frenchweb évoque aussi les nombreuses marques d'intérêt pour ce marché, comme Intel qui a investi 60 millions de dollars (environ 52,9 millions d’euros) dans Yuneec International, une entreprise basée à Hong Kong, comme DJI Technology (un fabricant basé à Shenzhen) ou comme Ehang Technology (une autre start-up basée à San Francisco, Guangzhou, Beijing et Shanghai).

Le blog de Taobao, l’une des marketplaces d'Alibaba, a publié la première photo d'une livraison par drone
Le blog de Taobao, l’une des marketplaces d'Alibaba, a publié la première photo d'une livraison par drone
Alibaba

Les propositions de l'Agence européenne de sécurité aérienne

Votre chien n'a plus de jouet? La vidéo d'Amazon

Le film met en scène Jeremy Clarkson, un célèbre présentateur britannique de l’émission Top Gear sur la chaîne BBC qu’Amazon a récemment engagé. Il vante les mérites du service Prime Air qui sera capable de livrer en 30 minutes, « voire moins », des colis pesant jusqu’à 2,2 kg.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema

Global Fashion: La licorne surprise du Luxembourg
26e du classement Fortune des start-ups les plus intéressantes du monde, Global Fashion vaudrait 3,4 milliards de dollars. Créée au Luxembourg il y a un an, elle réunit de très sérieux investisseurs. Un gage de réussite?
ICT Spring: La régulation, sujet majeur de la FinTech
L'ICT Spring, conférence de deux jours qui réunira plus de 5.000 professionnels sur la FinTech, les ressources humaines numériques ou encore les stratégies numériques, s'est ouverte mardi matin au centre de conférences du Kirchberg sur un constat: le futur "de la banque" reste largement à écrire.
La responsable de l'innovation à la CSSF, Nadia Manzari entre la banque traditionnelle, Hugues Delcourt (BIL), et les nouveaux acteurs, Karen Gifford (Ripple Labs) sous l'oeil de Jean-Louis Schiltz
Selon Laurent Probst de PwC: Le Luxembourg a besoin de son école de code
Le Luxembourg devra sans trop tarder lui aussi trouver comment former des jeunes aux langages les plus utiles au développement de l'industrie des technologies de l'information et de la communication. Le directeur de l'Accelerator de PwC, Laurent Probst, dresse le périmètre de cette structure à inventer.
Le secteur des technologies de l'information et de la communication a besoin de développeurs et de codeurs. Et le Luxembourg devrait prendre des initiatives