Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Amazon, premier visé au Luxembourg
Le siège d'Amazon à Luxembourg.

Amazon, premier visé au Luxembourg

Pierre Matgé
Le siège d'Amazon à Luxembourg.
Wirtschaft 3 Min. 04.06.2018

Amazon, premier visé au Luxembourg

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Il y aura une première plainte au Luxembourg, à propos du Règlement général de la protection des données (RGPD): Amazon est dans le viseur de La Quadrature du net, qui a introduit cinq recours collectifs contre des géants du net.

Il y aura une première plainte au Luxembourg, à propos du Règlement général de la protection des données (RGPD): Amazon est dans le viseur de La Quadrature du net, qui a introduit cinq recours collectifs contre des géants du net.

Dans les 19 pages de sa plainte concernant Amazon, La Quadrature du Net reproche au géant du commerce en ligne non seulement de tricher avec le consentement de chaque utilisateur mais aussi de traiter des «données personnelles afin de réaliser des analyses comportementales et un ciblage publicitaire. Amazon est le responsable de traitement de ces opérations, dont la finalité est de permettre aux publicités diffusées par Amazon d'être affichées aux utilisateurs les plus susceptibles d'y être réceptifs. Aucun document publié par Amazon ne laisse penser que celui-ci compte fonder ses traitements d’analyse comportementale et de ciblage publicitaire sur le consentement de ses utilisateurs.» 

L'ONG demande à la fois que le ciblage soit interdit et que la société soit condamné à une forte amende. 

«Nous avons commencé à examiner ces dossiers», explique la chargée des Affaires européennes de la CNIL, Florence Raynal, lundi à Belval. «Si ces témoignages concernent un problème d'un utilisateur avec ses données, sa plainte peut être directement traitée par la CNIL. Si le problème est d'ordre général, le dossier est transféré à l'autorité nationale où le siège européen de la société est établi.» 

Pour Amazon Europe, c'est Luxembourg. 

Et dès que ses services auront étudié les 10.065 témoignages, la plainte devrait être saisie sur la plate-forme numérique européenne et le leadership de l'enquête transféré au Luxembourg, à la Commission nationale de protection des données (CNPD). 

 «La CNPD aura alors quatre semaines pour soumettre un avis aux autres autorités européennes», explique Mme Jelinek. «Si tout le monde est d'accord avec le draft, il deviendra décision. Parce que l'Autorité européenne est un organisme qui peut décider et ses décisions s'imposent.» Sinon, la CNPD pourra corriger son texte et en cas de divergences notables avec une autre autorité, c'est le conseil d'administration de l'Autorité européenne qui tranchera. «Tout doit aller assez vite pour que le dispositif soit crédible», ajoute Mme Raynal. 

«No comment» américain 

Contacté lundi après-midi par téléphone, le service communication d'Amazon Europe à Luxembourg se refuse à tout commentaire sur la plainte. Mais rappelle par email que «la protection de la vie privée de nos clients a toujours été une priorité et a été construite dans la durée. Nous avons lancé une page d'aide pour la protection de la vie privée (www.amazon.de/privacy) qui montre comment les consommateurs peuvent facilement gérer et accéder à leurs informations [pour tous nos services] et pour Alexa, qui leur donne le contrôle de leurs données.»

Facebook, Google, Apple et LinkedIn sont également visés par La Quadrature du net, l’ong française la plus active à Paris, devant la Commission nationale pour la protection des données (CNIL).

Quelques heures après l’entrée en vigueur du règlement, Max Schrems, l’Autrichien qui avait gagné contre Facebook, est a l’initiative d’une autre plainte, par l’intermédiaire de son ONG Noyb.eu contre la pratique du tout ou rien des géants.


Lesen Sie mehr zu diesem Thema