Wählen Sie Ihre Nachrichten​

Aleba et OGBL: le duel que tout oppose
Wirtschaft 15 Min. 21.02.2019
Exklusiv für Abonnenten

Aleba et OGBL: le duel que tout oppose

Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba)

Aleba et OGBL: le duel que tout oppose

Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba)
Photo: Chris Karaba
Wirtschaft 15 Min. 21.02.2019
Exklusiv für Abonnenten

Aleba et OGBL: le duel que tout oppose

A trois semaines des élections sociales, l'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe 4 (services et intermédiation financiers) de la Chambre des salariés.

Interview: Aude Forestier et Nadia Di Pillo

Entre Véronique Eischen (56 ans), figure de l'OGBL-secteur financier, et Laurent Mertz (42 ans), secrétaire général de l'Aleba, l'entente est plutôt bonne ...

Sofort weiterlesen
Geben Sie einfach Ihre E-Mail Adresse ein und lesen Sie den vollständigen Artikel.

Lesen Sie mehr zu diesem Thema

„Le Brexit va au-delà de l’actualité"
Clémentine Beauvais a fait du divorce entre la Grande-Bretagne et l’UE une comédie romantique. Dans "Brexit romance" elle raconte comment une étudiante monte une entreprise facilitant les mariages blancs.
Née en France, Clémentine Beauvais vit en Grande-Bretagne, où elle est enseignante-chercheuse en sciences de l’éducation à l’université de York. Avec «Brexit romance», elle livre à ses lecteurs un roman hilarant, humain, émouvant et virevoltant.
Durchbruch bei den Verhandlungen um den Bankenkollektivvertrag
Am Mittwoch wurde eine Grundsatzvereinbarung über einen neuen Kollektivvertrag für Bankangestellte gefunden. Das teilten der Arbeitgeberverband ABBL und die Gewerkschaften ALEBA, OGBL Financial Sector und LCGB-SESF in einer gemeinsamen Pressemitteilung am Freitag mit.
Seit nun mehr als 16 Monaten verhandeln die Gewerkschaften mit der ABBL die Erneuerung des Kollektivvertrags für den Zeitraum 2018 bis 2020.
Editorial: La méthode Nagel
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la ministre de la Culture a de la suite dans les idées. En mars, elle avait fait trembler le secteur culturel en annonçant que toutes les conventions avec les associations seraient supprimées d'ici la fin de l'année.