Wählen Sie Ihre Nachrichten​

A Paris, au coeur de la "start-up nation"
Wirtschaft 4 Min. 21.03.2018 Aus unserem online-Archiv

A Paris, au coeur de la "start-up nation"

Le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria Teresa arrivent à la Station F pour une visite du plus gros incubateur au monde.

A Paris, au coeur de la "start-up nation"

Le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria Teresa arrivent à la Station F pour une visite du plus gros incubateur au monde.
Chris Karaba
Wirtschaft 4 Min. 21.03.2018 Aus unserem online-Archiv

A Paris, au coeur de la "start-up nation"

Le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria Teresa ainsi qu'une partie de la délégation luxembourgeoise, ont eu l'occasion de visiter le plus gros incubateur de start-up au monde, baptisé Station F.

Station F, "the place to be". Le plus grand campus de start-up au monde, situé à Paris et imaginé par Xavier Niel, patron-fondateur d'Iliad et de Free,  attire les plus grands noms de la high-tech. L'entrepreneur français l'a effectivement imaginé comme un incubateur géant. Un espace énorme, dans un ancien entrepôt ferroviaire, pouvant accueillir jusqu'à 1.000 start-up sur 3.000 postes de travail. Une vitrine à laquelle les géants américains n'ont pas échappé: Microsoft, Facebook, Amazon sont là.

Mardi, le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria ainsi qu'une partie de la délégation luxembourgeoise, ont eu l'occasion de faire un tour des locaux en compagnie de l'entrepreneur Xavier Niel, qui a l'ambition de transformer Paris en "terre promise" des start-up technologiques.

"Nous voulons pousser les jeunes vers l'entrepreneuriat", a expliqué le dirigeant qui a investi près de 250 millions d'euros dans les infrastructures. Et il faut bien l'avouer, le bâtiment est assez gigantesque: 34.000 mètres carrés, "aussi long que la Tour Eiffel, mais couchée". L'espace central reste entièrement dégagé tandis que les pièces de travail, sur les ailes, se composent d'empilements de verre et de béton blanc, et composent un savant mélange d'open spaces modulables et de salles de réunion fermées.

"L'ambition à Station F, c'est vraiment de rendre l'entrepreneuriat plus accessible et de mettre tout un écosystème sur place, pour que les start-up ne passent pas leur temps à aller chercher des ressources à droite et à gauche" a expliqué Roxana Varza, recrutée par Xavier Niel pour diriger l'incubateur.

"C'est un lieu original avec des entrepreneurs qui viennent du monde entier. Ainsi, 25% des start-up présentes ici ont été créées à l'étranger. Beaucoup sont venues s'installer ici parce que Station F présente un certain nombre d'atouts que l'on ne trouve pas ailleurs. Quand on est par exemple une start dans le domaine du climat à la Silicon Valley, ce n'est vraiment pas facile! Ici, à Paris, nous avons des spécificités pour répondre à ce genre d'activités", a expliqué Xavier Niel.

Situé dans un ancien entrepôt ferroviaire, l'espace peut accueillir jusqu'à 1.000 start-up sur 3.000 postes de travail.
Situé dans un ancien entrepôt ferroviaire, l'espace peut accueillir jusqu'à 1.000 start-up sur 3.000 postes de travail.
Chris Karaba

4.000 candidatures, 200 places

Au total, 26 programmes sont proposés aux start-up au sein du bâtiment qui comprend trois espaces différents. Le premier, appelé la zone "Share", rassemble les espaces dédiés à l'événementiel et les différents services pour les entrepreneurs. Le deuxième, la zone "Create", abrite plus de vingt programmes d'accompagnement de start-up. La zone Chill comprend un immense restaurant de plus de 1.000 places assises.

"Nous avons également une trentaine de services publics sur place pour accompagner directement les entrepreneurs dans leurs diverses démarches", a expliqué Xavier Niel.

Mais attention, ne rentre pas ici qui veut. L'incubateur a reçu l'année dernière pas moins de 4.000 candidatures pour 200 places disponibles. "Un premier filtrage des dossiers est réalisé à Paris, ensuite nous avons un réseau d'entrepreneurs qui choisit les dossiers les plus prometteurs", a expliqué Roxana Varza. Les jeunes entreprises ne restent en théorie que pour une durée maximale de six mois. "Si ça ne marche pas tout de suite, il vaut mieux arrêter. Nous ne voulons pas abriter des entreprises qui survivent pendant des années avec un modèle qui ne marche pas", a dit Xavier Niel.

Xavier Niel rêve surtout de belles réussites: "Je vais vous donner un exemple que je cite régulièrement. Nous avons parmi nous un start upper qui avait un passé de délinquant: il volait des voitures. Et aujourd'hui il a monté un système très technologique pour prévenir... le vol de voitures. Cela fait partie des choses qui me touchent profondément. Nous voulons aussi favoriser l'entrepreneuriat auprès de jeunes qui ne sont pas forcément prédestinés à cela."

Pour faire vivre le lieu, des logements seront ouverts l'été prochain pour accueillir les entrepreneurs. Ce "co-living space", à une dizaine de minutes de Station F, devrait à terme accueillir 600 personnes dans 100 appartements partagés.

La Grande-Duchesse Maria Teresa est accompagnée par Xavier Niel pour la visite de la Station F.
La Grande-Duchesse Maria Teresa est accompagnée par Xavier Niel pour la visite de la Station F.
Chris Karaba

Des partenariats luxembourgeois

Parmi les 26 programmes proposés, "ShareIT.io" fait collaborer des entrepreneurs sociaux pour construire des solutions technologiques pouvant répondre aux "grands défis sociétaux". "Grâce à ses partenaires, le programme permet d'apporter des compétences techniques à des entrepreneurs sociaux qui ne s'entourent pas forcément de développeurs, d'entrepreneurs tech ou des experts datas", a expliqué la responsable du programme. 

"Ces partenariats permettent d'implémenter des solutions numériques innovantes, par exemple sur la conception d'un dispositif anti-tsunami ou la mise en oeuvre d'une plate-forme de matching entre réfugiés et sociétés d'accueil."

Les entreprises luxembourgeoises EBRC et Intech, filiale de Post Luxembourg, sont quelques-unes des sociétés qui collaborent à ce programme.



Lesen Sie mehr zu diesem Thema

«Etre pro-actifs et pas seulement réactifs»
La conférence Global Distribution de l'ALFI s'ouvre aujourd'hui au Centre de conférences. Camille Thommes, directeur général de l'ALFI, détaille les perspectives de développement du secteur des fonds luxembourgeois.
Camille Thommes
«Doodle Den»: Apprendre à travers des jeux
Siobhan Neill a emmené il y a quelques semaines son fils de six ans au McDonalds pour lui faire plaisir. Elle était sur le point de lui demander ce qu’il voulait manger lorsqu’elle s’est s’arrêtée, stupéfaite. «Il a commencé à lire le menu», raconte-t-elle. «Je ne pouvais pas en croire mes yeux. C’était 
formidable de le voir avec autant 
de confiance en lui.»
6 years Old Conor Neill pictured with his Mother Siobhan in the Doodle Den in St Michaels Infants School in Sexton Street Limerick
Picture  Credit Brian Gavin Press 22