Wählen Sie Ihre Nachrichten​

7.000 emplois menacés: ING: pas d'impact au Luxembourg
Wirtschaft 2 Min. 03.10.2016 Aus unserem online-Archiv

7.000 emplois menacés: ING: pas d'impact au Luxembourg

Le plan d'ING n'aura pas d'impact au Luxembourg

7.000 emplois menacés: ING: pas d'impact au Luxembourg

Le plan d'ING n'aura pas d'impact au Luxembourg
REUTERS
Wirtschaft 2 Min. 03.10.2016 Aus unserem online-Archiv

7.000 emplois menacés: ING: pas d'impact au Luxembourg

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Le plan de licenciements annoncé par ING lundi matin n'aura pas d'impact au Luxembourg, a indiqué la direction de la banque. Les syndicats s'inquiètent quand même.

(T. L./pso) ING a annoncé lundi matin un plan de restructuration massif qui pourrait toucher jusqu'à 7.000 personnes, principalement en Belgique et aux Pays-Bas, pour économiser 900 millions d'euros d'ici 2021.

"Il n'y aura pas d'impact au Luxembourg", a indiqué le service communication de la banque néerlandaise à Luxembourg. "Avec nos 17 agences et 800 employés,  nous ne sommes pas du tout dans la même configuration que la Belgique."

La Belgique compte 800 agences ING et 500 autres Recordbank indépendantes.

L'OGBL envoie une lettre

3.500 postes seraient menacés en Belgique et 2.300 aux Pays-Bas. Les autres ne sont pas encore connus avec précision.

Dès l'annonce du groupe, l'OGBL a rendu publique une lettre de demande d'explications qu'il a adressée au patron de la banque. 

Dans un communiqué, le p.-d.g. de la banque, Ralph Hames, indique que "les consommateurs veulent de plus en plus de services bancaires en ligne et mobiles et qu'il faut suivre cette évolution."

"Des pressions sur les revenus"

La société dont le quartier général est à Amsterdam emploie 52.000 personnes dans 40 pays. Son annonce intervient un mois après qu'ABN Amro, la troisième plus grosse banque du pays, a présenté elle aussi un plan de restructuration portant sur 1.375 emplois dans les trois prochaines années pour la même raison.

"Les banques sont confrontées à des difficultés avec de nouvelles contraintes réglementaires et une période prolongée de taux d'intérêt très bas. "Cela met la pression sur les revenus qui sont nécessaires pour préparer notre croissance et nos investissements."

En août, ING avait annoncé des profits en hausse de 26,7% au deuxième trimestre à 1,4 milliard d'euros.

"Que la banque assume ses responsabilités"

Dans une première réaction, depuis Schengen où il est avec ses pairs du Benelux, le Premier ministre belge, Charles Michel, a indiqué qu'il veillerait à ce "que la banque assume ses responsabilités pour faire baisser le nombre de démissions (moins de 1.700) et accompagner les personnes. Je mettrais le lien avec le Benelux, cette annonce montre à quel point nous avons raison de nous battre de toutes nos forces, notamment dans un contexte où le secteur bancaire est confronté à un changement de paradigme lié au digital."



Lesen Sie mehr zu diesem Thema