Un écran 3D pour distraire les enfants en traitement à la KannerKlinik

Pas facile pour un enfant hospitalisé de rester immobile durant son traitement. Afin de le distraire pendant ses soins et d'atténuer son anxiété, la KannerKlinik vient d'acquérir un V-Pod 3D. Sous ce terme quelque peu barbare se cache en réalité un écran de télévision qui diffuse un film amusant que l'enfant regarde à travers des lunettes 3D.

La petite Inès teste le V-Pod 3D
(Photo: Anouk Antony)

Seuls douze hôpitaux dans le monde disposent de cet appareil, notamment à Paris, Londres et Dublin.

Une dizaine de films très colorés et animés de personnages plus marrants les uns que les autres peuvent être diffusés à l'enfant pendant ses soins. Le petit plus, ce sont les lunettes qui permettent à l'enfant de visionner le film en 3D, donc de façon très ludique. Mobile, l'écran peut être facilement déplacé et mis à la disposition du petit malade qui en a besoin. La KannerKlinik a reçu cet écran vendredi et le petit Kévin, qui a été le premier à en profiter, s'est semble-t-il bien amusé.  L'objectif est essentiellement de distraire les enfants durant leur traitement. D'un coût de 10.000 euros, le V-Pod 3D a été financé par la banque KBL et le LOL Project.

Le mur du sourire

En même temps que cette télévision d'un nouveau genre, la KannerKlinik a en effet inauguré dans son hall un mur LOL. Sur une surface de deux mètres sur deux mètres, il présente 144 portraits tout sourire. Il s'agit d'enfants pris en charge dans l'établissement, du personnel soignant ainsi que des membres du personnel de KBL.

Placé dans l'entrée de la KannerKlinik, le mur LOL est un message d'accueil pour toutes celles et tous ceux qui pénètrent dans la clinique pédiatrique et ont ainsi droit à 144 sourires. Un accueil pour le moins chaleureux, donc!

Cette initiative a été lancée par le photographe belge David Ken qui a déjà mis en place plusieurs murs LOL en France, mais il s'agit justement de sa première réalisation en dehors de l'hexagone. "Une première, mais pas une dernière, j'espère!", a-t-il conclu.

Anne-Sophie Rihm