L’après-Juncker: les partis cherchent déjà un successeur potentiel

Des élections anticipées semblent inévitables. Les partis politiques se sont déjà mis d'accord sur une possible date pour des élections.

Jean-Claude Juncker serait le premier chef de gouvernement luxembourgeois obligé à démissionner
(Photo: Guy Jallay)

Partira ou partira pas ? La question tourmente tout un pays. Depuis 18 ans, Jean-Claude Juncker est à la tête du pays. Les divergences de vues avec le partenaire de coalition dans l’affaire du service des renseignements de l’Etat (SREL) pourraient conduire à sa perte.

Mais qui pourrait reprendre le flambeau et devenir le prochain chef de gouvernement ? Voici un petit tour des principaux protagonistes selon les différents partis politiques.

Viviane Reding a l'étoffe pour être la femme Premier ministre du Luxembourg
(Photo: Marc Wilwert)

CSV : Qui mieux qu’une femme pour faire oublier Jean-Claude Juncker?

CSV : Les têtes pensantes du CSV se seraient rencontrées ce week-end pour trouver un successeur à Jean-Claude Juncker. Viviane Reding semble être l’alternative retenue. La commissaire européenne n’entretient pas les meilleures relations avec Jean-Claude Juncker ce qui explique aussi son choix de se concentrer sur l’échiquier européen. Un choix qui s’est avéré être judicieux puisque Viviane Reding est membre de la commission européenne depuis 1999.

Le dauphin désigné depuis toujours de Juncker, Luc Frieden, ne semble plus en lice depuis que le procureur d’Etat, Robert Biever, lui a reproché publiquement de ne pas avoir soutenu les enquêteurs dans l’affaire du Bommeleeër.

Michel Wolter, président du CSV, qui n'avait jamais vu une telle manière de procéder en 30 ans de carrière, critique "la campagne de désinformation qui dure depuis des semaines et des mois dans certains journaux".

"Je déments. Nous ne sommes absolument pas dans un tel scénario et il n'y a pas eu de réunion en ce sens ce week-end comme indiqué dans le Tageblatt", note le député. Et d'ajouter que si d'éventuelles élections législatives anticipées devaient avoir lieu: "Jean-Claude Juncker participera aux prochaines élections si ce qui est sensé se produire mercredi, se produit. Heureusement, il y a un arbitre, les électeurs."

Entre Jean Asselborn (à gauche) et Etienne Schneider, les discussions risquent de s'enflammer durant l'été. Nicolas Schmit, (à gauche derrière) aurait lui aussi pu être une alternative. Mais l'affaire avec la police dont il a fait l'objet il y a deux ans l'a écarté.
(Photo: Guy Jallay)

LSAP: Asselborn ou le renouveau avec Etienne Schneider

LSAP : Le président du groupe parlementaire Lucien Lux le répète à qui le veut: Jean Asselborn sera à nouveau le candidat tête de liste des socialistes. C’est pourtant sans compter sur une partie du LSAP qui eux-aussi pensent au renouveau de leur parti et qui verraient d’un mauvais œil une nième candidature d’Asselborn. Leur favori serait Etienne Schneider, le ministre de l’Economie, qui selon les derniers sondages a le vent en poupe.

Xavier Bettel n'est plus aussi certain de ne pas faire partie du prochain grouvernement. En février 2013, il avait encore déclaré ne pas vouloir devenir ministre. " Wenn ich sage, ich gehe nicht in die Regierung, dann gehe ich wirklich nicht." (Wort du 19.02.2013) Depuis quelques jours, ses propos sonnent différemment. "Je ne demande pas d'y aller, mais si on me le demande..."

DP : Bettel versus Bettel

DP : Là aussi, pas facile de trouver un candidat capable de fédérer. Xavier Bettel serait en toute logique le candidat idéal. Mais le bourgmestre de la Ville ne cesse depuis un an de clamer haut et fort qu’il ne serait pas intéressé par un poste ministériel.  Il l’a répété encore ce week-end, avec une petite nuance néanmoins. Si le DP venait de glaner 31 sièges (sur les 60 disponibles), il se prêterait bien au jeu. Traduction : Bettel ne veut pas échanger son mandat de bourgmestre de la Ville pour un quelconque poste ministériel, sauf si c’est pour celui du Premier ministre.

Entre François Bausch et Félix Braz, les dés semblent jetés
(Photo: Guy Jallay)

Déi Gréng : Bausch réussit là où Braz échoue

Déi Gréng: François Bausch semble être bien parti pour être à nouveau le tête de liste des Verts.  Contrairement à Félix Braz, qui a échoué dans sa manœuvre de destituer Luc Frieden, François Bausch a réussi sa mise à mort de Jean-Claude Juncker avec son rapport du SREL.

L’ADR, Déi Lénk et la Piratepartei n’ont en toute objectivité aucune prétention à présenter un candidat capable de devenir Premier ministre.

Marc Vanacker

Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site sont contrôlés et validés avant leur publication par nos modérateurs. Saint-Paul Luxembourg ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur un de ses sites.