A31bis de Fameck à la frontière

Combien coûtera le péage jusqu'au Luxembourg?

L'aller-retour entre Fameck et le Luxembourg sur la future A31bis -si l'Etat français décide de la réaliser avec un concessionnaire- coûterait 3,40 euros.
Photo: Shutterstock

PAR MAURICE FICK

Pour financer le projet d'A31bis l'Etat français prévoit trois scénarios dont deux avec un péage pour rejoindre le Luxembourg. Il a d'ores et déjà été calculé combien coûterait dans les deux cas, le trajet pour aller de Fameck jusqu'au Luxembourg. L'automobiliste devrait débourser 1,70 euro pour le futur tronçon de 19 km.

Le débat public portant sur l'opportunité de réaliser une A31bis bat son plein et expose aux citoyens, comme aux futurs usagers, trois scénarios pour financer ce vaste projet.

Pour réduire à la fois, le temps de sa réalisation et surtout le montant des crédits publics, l'Etat français envisage une mise en concession «réduite», «partielle» ou «étendue» de la future A31bis dont le coût total varie entre 1,1 milliard et 1,4 milliard d'euros. Ce qui signifie que l'Etat confiera la réalisation des travaux à une entreprise privée - le concessionnaire- qui se remboursera ensuite via un péage.

Parmi les trois scénarios envisagés, deux prévoient que le futur tronçon de 2x3 voies allant de Fameck jusqu'au Luxembourg (pour éviter les bouchons dans la traversée de Thionville, un tout nouveau tronçon autoroutier de 5 km sera construit entre Fameck et L'Etoile) sera mis en concession et donc... payant.

4,50 euros pour les poids lourds

Un trajet «coûterait environ 1,70 euro pour une voiture et 4,50 euros pour un poids lourd», avancent les responsables du projet à la DREAL Lorraine (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement).

«Pour les utilisateurs réguliers, il pourra y avoir un système d'abonnement préférentiel pour réduire le coût», explique Emmanelle Gay, directrice de la DREAL.
Photo: Shutterstock

Ces «coûts sont nettement inférieurs à ce qui existe ailleurs. Avec une différenciation très marquée entre les véhicules légers et les poids lourds. Mais on ne peut pas pousser cette différenciation jusqu'à l'annulation du péage pour le véhicule particulier», pose Emmanelle Gay, directrice de la DREAL Lorraine.

Dans le cas du tronçon Fameck-Luxembourg, l'«idée est de faire un peu moins cher pour éviter que les automobilistes ne partent vers les routes nationales», explique Samuel Meunier. Le directeur-adjoint de la DREAL souligne bien cependant, qu'il ne s'agit-là que «d'un ordre de grandeur». D'ici la réalisation de l'A31bis, «il y aura  l'inflation». 

Prêt à payer un péage pour avoir plus vite l'autoroute?

Il est d'ores et déjà prévu que «pour les utilisateurs réguliers, il pourra y avoir un système d'abonnement préférentiel pour réduire le coût», explique Emmanelle Gay.

La question est de savoir: «Est-ce que les gens sont prêts à payer un péage pour aller plus vite ou préfèrent-ils attendre vingt ans?», interroge Christian Leyrit, président de la Commission nationale du débat public.

Le scénario de concession «partielle» permettrait la mise en service de l'autoroute élargie 11 ans après la déclaration d'utilité publique du projet. Le scénario de concession «étendue», seulement 6 ans après la même déclaration. Le scénario de concession «réduite» mettrait 22 ans.