Pour l'UEL, trop de facteurs pèsent sur la compétitivité


Photo: Archive LW

(lc) - L'Union des entreprises luxembourgeoises a publié mardi son annuaire de la compétitivité 2011. Sans surprise, le document montre que le Grand-Duché est en perte de vitesse.

Après l'Observatoire de la compétitivité et la Chambre des salariés, c'est au tour de l'UEL de présenter ses chiffres sur la compétitivité du pays. Les 23 indicateurs qui forment son annuaire de la compétitivité dressent un tableau sombre de l'état de l'économie luxembourgeoise.

Depuis les années 2000, la situation du pays ne cesse de se détériorer, surtout face à nos voisins. La compétitivité-coût pâtit de la trop forte inflation et du coût salarial. L'UEL préconise sans surprise de revoir le système de l'indexation, en commençant par instaurer un moratoire de deux ans.

Autres propositions, mettre l'accent sur la recherche et développement pour mettre en place une véritable économie de la connaissance ; prendre des mesures pour diminuer le poids du logement dans le budget des ménages ; ou encore augmenter le caractère sélectif des transferts sociaux.