Photos seins nus de Kate: début de l'audience civile à Nanterre

Le juge des référés de Nanterre examinait lundi la requête du prince William et de son épouse Kate qui réclament le blocage de la diffusion des clichés seins nus de la duchesse, publiés dans le  magazine people Closer.

"Chi" n'a pas hésité à publier les fameuses photos.
Photo: AP

Devant de nombreux journalistes français et étrangers, Me Aurélien Hamelle, qui représente le couple royal, plaidait pour demander l'interdiction de tout retirage du magazine, de la cession ou de la vente des clichés et de leur publication sur un support numérique, y compris sur le web.  

Ces clichés, réalisés pendant les vacances du couple en Provence, ont été pris «dans un moment éminemment intime, lors d'une scène de vie de couple qui n'a rien à faire sur la couverture d'un magazine», a-t-il affirmé.  

Il a établi un parallèle entre ces clichés et la «traque funeste» qui a  conduit à la mort de la princesse Diana, mère de William. L'avocat n'a pas demandé de dommages et intérêts.  

Le fond du dossier sera examiné plus tard, le couple princier ayant par ailleurs déposé lundi une plainte pénale contre X au parquet de Nanterre. Cette  seconde plainte «conduira à un procès plus long où des dommages et intérêts  seront réclamés», selon les services du prince.  

Cette plainte pour «atteinte à la vie privée» vise à la fois le ou les  photographes qui ont pris le couple royal en photo au téléobjectif pendant leurs vacances dans une demeure privée du sud de la France mais aussi les médias ayant exploité ces clichés, en l'occurence Closer.  

D'autres médias internationaux ont commencé à publier les photos. Samedi un  journal irlandais, le Irish Daily Star, a reproduit des pages de Closer. Puis comme il l'avait annoncé, l'hebdomadaire people italien «Chi», propriété, comme Closer, du groupe Berlusconi, a publié à son tour lundi les photos sous le titre «Kate Middleton - Scandale à la cour: la reine est nue!».