Après les assises culturelles

Jo Kox chargé de mettre sur pied un groupe de travail

Par Marie-Laure Rolland

"Certains pensent que l'on ne discutera plus de la culture au gouvernement à partir de ce soir. Eh bien ils se trompent. Le processus ne fait que commencer". En assistant à la clôture des deux demi-journées de débat organisées dans le cadre des premières assises culturelles du Luxembourg, samedi 2 juillet 2016, le premier ministre et ministre de la Culture, Xavier Bettel, s'est voulu déterminé. "La scène culturelle doit jouer un rôle pour mettre en place le plan de développement culturel et je remercie ceux qui ont accepté de jouer un rôle constructif pendant ces assises".

Première mesure concrète: la nomination du président du Fonds culturel national, Jo Kox, en tant que coordinateur d'un petit groupe de travail chargé de réfléchir au futur "Kulturentwicklungsplan". Celui-ci a carte blanche pour constituer son équipe. Il faut noter qu'il n'est mandaté que pour 16 heures par semaine.

En outre, Xavier Bettel a annoncé publiquement que le budget de la Culture serait revu à la hausse en 2017. Il n'a pas précisé à quelle hauteur. Le secteur culturel s'est à de nombreuses reprises exprimé en faveur d'un retour au 1% du budget de l'Etat consacré à la culture.

Jo Kox, qui était rapporteur de la table ronde sur la promotion de la création artistique, avait quant à lui suscité la surprise un peu plus tôt en faisant non pas le compte-rendu des discussions mais en annonçant que le Focuna allait devenir le futur "Luxembourg Art Council". Interrogé ultérieurement à ce sujet, le Secrétaire d'Etat à la Culture Guy Arendt nous a indiqué que la décision n'avait pas été formellement prise. Un projet de réforme du Focuna rédigé par Jo Kox est bien sur son bureau et "est à l'étude".

De fortes attentes

Le Premier ministre et ministre de la Culture Xavier Bettel a assisté à la présentation des rapports des différentes tables rondes.
Photo: Luc Deflorenne

Plus de 500 personnes se sont inscrites à cette rencontre inédite sur la scène culturelle. "C'est déjà un succès en soi", commentait hier Guy Arendt, en marge des assises. Si le parterre du Grand Théâtre de la ville de Luxembourg était quasi plein vendredi après-midi, la salle était moitié moins remplie samedi matin lorsque les débats ont repris à 8h45.

A l 'issue des assises, vers 13h00, la plupart des participants ont continué à discuter entre eux autour d'un barbecue offert par le ministère de la Culture sur le parvis du Grand Théâtre. "Rien que pour cela, les assises valaient la peine d'être organisées. On a très rarement l'occasion de se rencontrer au-delà de nos disciplines respectives. Il faudrait le faire plus souvent pour stimuler les échanges d'idées", observait le musicien de jazz Pascal Schumacher.

"Il y a eu du bon et du moins bon pendant les débats. On a eu du mal à dépasser les cas individuels et à arriver à un panorama global sur les grands enjeux pour la culture au Luxembourg", notait pour sa part l'écrivaine Nathalie Ronvaux.

"C'est un très bon début et je pense que le choix de Jo Kox pour faire le suivi est excellent, même si 16 heures par semaine sont trop peu pour faire avancer rapidement les choses. Les gens sont impatients que cela bouge et j'espère que la pression ne va pas se relâcher", observait l'artiste Karolina Markiewicz.

Richtung22 dénonce un processus pseudo-participatif.
Foto: Luc Deflorenne

Vendredi après-midi, le collectif Richtung22 était intervenu dans la salle pour dénoncer le processus "pseudo-participatif" de ces assises, critiquant notamment le fait qu'aucun jeune ne participait à la table ronde sur la problématique de l'enseignement, mais aussi -  banderole à l'appui - le "Bettel show" que constituait ces assises. Une intervention diversement appréciée par la salle.

Dans l'ensemble, les participants ont regretté que le temps consacré aux interventions de la salle ait été trop court après les tables rondes.

Quatre thèmes de discussion

Quatre thèmes de discussions étaient au programme:

- L'école, un lieu de transmission culturelle?

- Artiste: une profession comme une autre?

- Promouvoir la création artistique, quelle stratégie?

- La culture est-elle reconnue à sa juste valeur dans la société luxembourgeoise?

En amont, huit "groupes de réflexion" s'étaient réunis par secteur et avaient formulé des revendications dans leurs domaines respectifs.